Quand on ne sait pas bien se défendre

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 07 Avril 2004 : 02h00
« Je trouve que les gens m'attaquent facilement, me font des remarques désagréables. Et le pire, c'est que je ne sais pas quoi répondre, je me sens désarmé. »
PUB

Cette situation est fréquente. Car depuis l'enfance, on vous apprend plus à être gentil qu'à vous défendre ! Surtout si vos parents sont autoritaires, ne laissant aucune place à la réponse, à la discussion. Vous apprenez alors à vous taire. Et lorsqu'il faudrait parler, vous vous en rendez compte, mais vous restez muet sous l'effet du réflexe de votre éducation.

D'autre part, quand on a l'impression de se faire souvent attaquer, c'est qu'aux yeux des autres, on se montre facilement « attaquable », on apparaît comme faible. Pourtant, ce n'est pas forcément le cas ! Ce qui se passe, c'est sans doute que les parents (ou l'entourage proche) ont inscrit dans l'idée que pour être aimé, il fallait avoir l'air faible. C'est souvent le cas des parents hyper protecteurs. Ils aiment leur enfant faible parce qu'ils ont peur pour lui et qu'ils se sentent forts lorsqu'ils ont le sentiment de le protéger. Sa faiblesse renforce leur force. Résultat, sans en avoir conscience, l'enfant, puis l'adulte se comporte comme s'il était faible, fragile. Et ce comportement signifie « aimez-moi ». Il a l'impression que c'est la bonne recette pour être aimé de tous. D'où son désarroi quand, au lieu de se faire protéger comme il en a eu l'habitude, il se fait attaquer, chose à laquelle il n'était pas du tout préparé ! Et ce mécanisme peut rester actif toute la vie, donc à tout âge !

La solution, c'est d'apprendre à montrer aussi sa force. Pas forcément comme une arme pour se défendre, mais plutôt comme un bouclier pour que plus personne n'ait envie de vous attaquer. Et ça, c'est à la fois le fruit d'un travail intérieur et d'un changement de comportement.

Cette notion peut vous être utile en tant qu'adulte, mais aussi bien sûr pour vos enfants. Ne leur apprenez pas la faiblesse. Quand ils ne se laissent pas faire, quand ils vous tiennent tête, c'est énervant, mais pensez positif : plus tard, il (ou elle) saura se défendre !

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 07 Avril 2004 : 02h00
PUB
PUB
A lire aussi
Divorce : les petits nomades de la garde alternéePublié le 27/04/2012 - 13h52

Avec un divorce pour deux mariages sur l’ensemble du territoire et deux sur trois dans les grandes villes, la mise en place et la gestion de la garde des enfants encombre les tribunaux. Résidence classique chez maman, avec un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires chez papa ou...

Souffrances, peurs et dépendance affectivePublié le 15/10/2007 - 00h00

Souffrances, peur et dépendance, pour en parler, nous avons rencontré Gérald Pagès*, psychothérapeute, dont c'est l'axe privilégié de travail. Nos difficultés à l'âge adulte plongent souvent leurs racines dans des souffrances de la toute petite enfance, et en particulier le manque...

Plus d'articles