Quand l'alcool aide les étudiants à " faire face "

Aux Etats-Unis, mais cela est sans doute vrai dans de nombreux autres pays développés, l'abus de boissons alcoolisées sur les campus universitaires est un réel problème de santé publique. Le stress est-il le seul responsable ?
Publicité

Des universitaires américains ont cherché d'une part à analyser le processus conduisant les étudiants à trouver dans l'alcool les moyens d'affronter les situations qui se présentent à eux, notamment le stress, et d'autre part, à déterminer quels étaient les phénomènes intercurrents susceptibles de faciliter cette alcoolisation.

Ces études sont d'autant plus importantes qu'il est démontré que les habitudes d'alcoolisation prises à cet âge peuvent facilement perdurer alors même que le contexte qui en a facilité l'installation a disparu. La première étude montre que ce sont principalement les étudiants masculins qui font appel à l'alcool pour les aider à faire face au stress des études et que ce sont ces mêmes étudiants qui ont la plus forte probabilité de devenir des adultes alcooliques.

Publicité
Publicité

La seconde étude a eu le mérite de comparer deux populations : d'une part des étudiants recrutés sur un campus américain, d'autre part des étudiants nigérians, le critère de recrutement étant pour ces étudiants d'avoir déjà bu au moins une fois un tiers de litre de bière ou l'équivalent. Tous ces étudiants ont été interrogés sur les motivations les amenant à consommer de l'alcool. Les Américains invoquent plus souvent que les Nigérians le recours à l'alcool pour faire face à des situations jugées stressantes alors que les Nigérians mettent davantage en avant des comportements sociétaux à l'origine de leur consommation de boissons alcoolisées.

Les auteurs de cette seconde étude estiment qu'une société très individualiste comme peut l'être la société américaine, avec un esprit de compétition contribuant à l'isolement par rapport à ses congénères, favorise le recours à l'alcool dans des situations de stress. En revanche, des sociétés plus communautaires semblent mieux préserver les individus d'un tel risque ; ils trouvent en effet, au sein de leur communauté, le réconfort que des individus isolés trouveront plutôt dans l'alcool.Ces tendances sont davantage marquées chez les étudiants masculins.

 
Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 15 Janvier 2003 : 01h00
Source : Park C.L., Drinking to cope among in college students : prevalence, problems and coping processes. J. Stud. Alcohol 2002 ; 63 : 486-497. Gire T.G., et coll. A cross-national study of motives for drinking alcohol. Substance Use & Misuse 2002 ; 37 : 215-223. INPES, Alcool Actualités n°10, novembre/décembre 2002.