Prédisposition à la polyarthrite rhumatoïde

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 26 Août 2003 : 02h00
Mis à jour le Mardi 09 Septembre 2003 : 02h00
Un gène de susceptibilité à la polyarthrite rhumatoïde, cette maladie rhumatismale fréquente et douloureuse, vient d'être identifié par une équipe de chercheurs japonais. Cette découverte pourrait avoir des conséquences thérapeutiques.
PUB

Près de 400.000 Français souffrent de polyarthrite rhumatoïde (PR), une maladie qui se manifeste par une inflammation des articulations, le plus souvent au niveau des mains, des poignets, des genoux et des hanches. Les cartilages osseux et parfois les articulations elles-mêmes se déforment et se détériorent. Accompagnée d'intenses douleurs, cette affection peut devenir très invalidante.

Les causes restent mal connues, mais on sait qu'il existe une composante génétique. En effet, le risque de survenue de la PR chez les frères et soeurs d'une personne affectée est multiplié par 2 à 17. Par ailleurs, on suspecte de très nombreux gènes de conférer une prédisposition à la PR. L'un d'entre eux a déjà été identifié, le gène HLA, tandis qu'une équipe de chercheurs japonais vient d'en découvrir un second. Ce dernier code pour des enzymes dont la fonction est limitée chez les patients touchés par la PR. Cette caractéristique sert d'ailleurs depuis plusieurs années de marqueur spécifique de la maladie. Autre fait intéressant, ce marqueur apparaît très tôt, avant même la survenue des symptômes. Ce gène pourrait donc être impliqué dans la phase déclenchante de l'affection.

De telles découvertes ouvre une nouvelle voie thérapeutique ciblant la restauration d'une fonction très spécifique.

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 26 Août 2003 : 02h00
Mis à jour le Mardi 09 Septembre 2003 : 02h00
Source : Nature Genetics, 30 juin 2003, en ligne : www.www.nature.com/naturegenetics, DOI : 10.1038/ng1206.
PUB
PUB
A lire aussi
Génétique et maladies cardiovasculairesPublié le 28/08/2001 - 00h00

Le siècle qui débute sera celui de l'émergence de la génétique dans la compréhension et la prise en charge des maladies cardiovasculaires. Il est probable que bientôt, on pourra dès le plus jeune âge, en prélevant quelques gouttes de sang ou de salive, déterminer grâce à une véritablecarte à puce génétique si l'on a ou non un surcroît de risque de développer une hypertension artérielle, une hypercholestérolémie, un infarctus du myocarde, une phlébite ou une embolie pulmonaire, un diabète, un cancer du colon, du sein, de l'ovaire… On peut imaginer les implications...

La perte de poids : une solution contre la gonarthrose !Publié le 26/02/2001 - 00h00

La gonarthrose, correspondant à un phénomène dégénératif du cartilage de l'articulation du genou, est fortement associée à l'obésité. Une étude taiwanaise démontre l'intérêt d'un amaigrissement pour ralentir l'évolution de la gonarthrose, atténuer la douleur et améliorer la...

Maladies génétiques : deux pas en avant, un pas en arrière ?Publié le 22/10/2003 - 00h00

La Comité consultatif national d'éthique (CCNE) a statué : les patients porteurs d'une maladie génétique ne sont pas contraints d'informer leur entourage familial. Le secret médical est ainsi préservé, quoi qu'il en coûte, comme de perdre les chances de prévenir certaines pathologies...

Bronchites chroniques et asthme : trois millions de Français en souffrent !Publié le 23/07/2001 - 00h00

Trois millions de Français sont touchés par des affections respiratoires, bronchites chroniques et asthme en tête. Si contre l'asthme les traitements existent, en revanche pour les bronchites chroniques, en dehors du sevrage tabagique, très peu de médicaments sont véritablement efficaces. EnFrance, les chiffres sont imprécis, mais aux Etats Unis, avec 16 millions d'individus atteints, les maladies pulmonaires chroniques représentent la quatrième cause de mortalité ; d'ici 2010, elles pourraient facilement passer en tête. Ainsi, toutes avancées scientifiques dans la...

Plus d'articles