Pourquoi la pose de stérilet peut échouer

© Adobe Stock

Bien que le stérilet soit adapté à toutes les femmes, il arrive que le médecin ou la sage-femme n’arrive pas à le poser. Les femmes n’ayant jamais eu d’enfant sont plus souvent confrontées à cet échec. Une situation rare notamment due au stress ou des malformations intra-utérines.

PUB

Si la pilule reste la méthode de contraception la plus utilisée, le stérilet, aussi appelé dispositif intra utérin (DIU), est très plébiscité par les femmes. Selon le Baromètre Santé 2016, plus de 25% des femmes âgées de 15 à 49 ans l’ont choisi. Et parmi elles, les femmes sans enfant, et en particulier les jeunes, sont de plus en plus nombreuses. Mais si le DIU est adapté à toutes, certaines sont tout de même confrontées à des échecs lors de la pose.
"Ces cas sont exceptionnels", insiste, en préambule, le Dr Pia de Reilhac, gynécologue à Nantes et présidente de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale (FNCGM). D’après la littérature scientifique, ce taux d’échec varie entre 1% et 19%. Il serait plus important chez les femmes n’ayant jamais eu d’enfant que celles ayant déjà procréé.

PUB
PUB

Stress et appréhension contractent les muscles

L’une des premières raisons est l’impossibilité de franchir le col utérin. Le médecin n’arrive pas à insérer le tube contenant le DIU dans la cavité utérine. "Cela arrive souvent chez les femmes qui appréhendent la douleur, explique la gynécologue. A cause du stress, le muscle situé entre le col de l’utérus et la cavité utérine est tellement contracté qu’on ne peut passer le stérilet."

Pour éviter cette situation, les médecins prescrivent parfois un anxiolytique léger. La prise d’un antispasmodique est également recommandée afin de limiter cette contracture musculaire involontaire. "Il est aussi préférable de poser le stérilet au moment où le col commence à s’ouvrir, soit à la fin des règles ou autour de la période d’ovulation", précise le Dr Pia de Reilhac.

Publié par Anne-Laure Lebrun, journaliste santé et validé par Dr Pia de Reilhac, Gynécologue le Mercredi 12 Septembre 2018 : 09h01