Pourquoi les infirmières fument-elles autant ?

Les infirmières sont bien placées pour connaître les méfaits du tabagisme et pourtant, elles fument autant que la population générale. Qu'elles peuvent-être les raisons de ce tabagisme ? le stress ?
Publicité

Un questionnaire a été adressé à 2.000 infirmières exerçant dans divers milieux médicaux en Irlande du Nord où la prévalence du tabagisme est en moyenne de 29% en population générale.Ont pu être exploités 1.074 questionnaires (92% provenant d'infirmières, 8% d'infirmiers) montrant que 26% des infirmières/iers étaient fumeurs, 19% des ex-fumeurs, tandis que 55% n'avaient jamais fumé.

La consommation moyenne était de 14 cigarettes par jour. Si parmi les infirmières/iers consommatrices/eurs de cigarettes, seulement 3,2 % ont commencé à fumer une fois en activité professionnelle, une large majorité (68%) a augmenté sa consommation une fois titularisée.

Publicité
Publicité

Autre fait intéressant, le stress est largement invoqué, non pas comme un élément facilitant l'entrée dans le tabagisme (97% des infirmières/iers concerné(e)s fumaient avant d'entrer dans la vie professionnelle), mais comme un frein à l'arrêt, voire comme un facteur accentuant le tabagisme.D'autre part, les infirmières/iers se déclarent très peu sensibles aux conseils provenant de leur entourage.

Enfin, quand on les interroge sur les principales raisons qui les poussent à fumer, ces praticiens classent en première position la dépendance, mais aussi le plaisir ! Le stress professionnel n'est finalement classé qu'en troisième position alors que l'influence de la famille ou des amis arrive en dernière position.

En conclusion, les auteurs considèrent que le milieu professionnel intervient peu sur les habitudes tabagiques des adultes, y compris lorsqu'il s'agit comme dans le cas présent d'adultes confrontés à une profession réputée stressante. La plupart des fumeurs ont pris leurs habitudes tabagiques durant l'adolescence ; ceux qui arrêtent de fumer avant d'entrer dans la vie professionnelle semblent avoir peu de risques de rechuter, indépendamment du milieu professionnel. C'est donc bien pendant l'apprentissage de la vie professionnelle, et a fortiori avant, que les efforts doivent se porter pour aider les jeunes adultes à rompre définitivement avec le tabac !

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 01 Octobre 2003 : 02h00
Source : Mc Kenna H. et coll., The role of stress, peer influence and education levels on the smoking behaviour of nurses. International Journal of Nursing Studies. 2003 ; 40 : 359-366 ; Callum C. 1998. The smoking epidemic. Health education Authority ; Leathar D.S. Smoking among student nurses. Nursing Times 1980 ; 76 : 589-590.