La pénurie hospitalière se paye probablement en vies humaines

Publié par Dr Philippe Presles le Dimanche 13 Août 2000 : 02h00
La qualité des soins est à l'évidence proportionnelle aux moyens mis en œuvre notamment infirmiers. Reste cependant la question de l'impact d'une telle pénurie sur la mortalité des patients. C'est fait grâce à une étude réalisée en Grande Bretagne : l'effet est proportionnel !
PUB

Les politiques qui ne cessent de réduire les moyens des établissements hospitaliers, avec de bonnes raisons sur le plan économique, doivent à partir d'un certain moment se poser la question de l'impact de leurs choix en matière de santé. Or nous ne disposons pas de beaucoup d'études sur ce plan.

C'est tout l'intérêt de ce travail anglais qui a purement et simplement corrélé la mortalité dans une Unité de Soins Intensifs à la charge de travail des soignants entre 1992 et 1995. Sur les 1050 patients passés par ce service 337 sont morts. La charge de travail idéale aurait été de 1,3 infirmières par malade, chiffre qui aurait évité la mort de 49 patients. En analyse statistique, cet écart revient à doubler la mortalité chez les patients exposés à une équipe trop chargée (pourcentage de lits occupés et charge de travail infirmier par lit). A quand de telles études en France pour ne plus se contenter d'appréciations théoriques. A notre avis, le seuil critique a été franchi dans bien des services notamment d'urgence et il serait essentiel d'en faire un bilan.

Publié par Dr Philippe Presles le Dimanche 13 Août 2000 : 02h00
Source : Tarnow-Mordi, Lancet 2000 ; 356 : 185-89
PUB
PUB
A lire aussi
Un nouveau facteur de risque : le litPublié le 01/04/2000 - 00h00

Rester au lit serait l'un des plus importants facteurs de risque de décès, toutes maladies confondues. C'est ce que montre une grande étude américaine. Selon ses auteurs, cette découverte ouvre une voie de recherche des plus prometteuses. (Poisson d'avril 2000)

L’hôpital sauve des vies et en gâche aussi beaucoup tropPublié le 03/12/2010 - 11h03

Se faire hospitaliser n’est pas anodin. Le risque d’être victime d’un événement indésirable grave est de l’ordre de 1 %. Neuf cents Français sont ainsi gravement affectés quotidiennement et trois en meurent chaque jour. Cela équivaut à un gros accident d’avion tous les trimestres....

Plus d'articles