La place des aidants familiaux à l'horizon 2030

Avec l'allongement de la durée de la vie et le vieillissement de la population, le nombre de personnes âgées dépendantes va enregistrer une forte augmentation au cours des prochaines années. Comment vivront-elles en 2030 ? Pourront-elles compter demain plus qu'aujourd'hui sur les aidant familiaux ? Une étude européenne explore les évolutions possible dans ce domaine.
Publicité

Publiée par l'Institut national d'études démographiques (Ined), l'étude menée à l'échelle européenne tente de répondre à ces interrogations en se basant sur des projections de population de personnes âgées dépendantes au regard de leur situation familiale. Ainsi, le nombre de personnes dépendantes âgées de 75 ans devrait augmenter de plus de 70% en Europe d'ici 2030. Mais au-delà de ce vieillissement accru, leur situation familiale va évoluer.En effet, en l'an 2000, les chances d'avoir un conjoint auprès de soi lorsque l'on a 75 ans ou plus et que l'on est en situation d'incapacité sont beaucoup plus élevées pour les hommes que pour les femmes : 60% contre 19%. La majeure partie des femmes (62%) ne peuvent compter que sur l'aide éventuelle d'un enfant. Elles se retrouvent également plus souvent que les hommes sans conjoint ni enfant (19% contre 12%). Cette tendance s'explique à la fois par l'espérance de vie supérieure des femmes et par les écarts d'âge au mariage. Mais cette situation devrait évoluer à l'horizon 2030 en raison de deux tendances de fond : la baisse du veuvage et la proportion croissante de divorcés. Le recul très net du veuvage des femmes, dû à la baisse de la mortalité et au rapprochement des espérances de vie entre hommes et femmes, contrebalancera largement la montée des divorces. Cette situation permettra aux femmes de compter plus souvent sur la présence d'un partenaire pour faire face à leur dépendance.L'étude révèle également une stabilité de la population dépendante sans aidants familiaux potentiels et une augmentation importante de celle ayant à la fois un conjoint et un enfant survivant. Enfin, La croissance de la part des personnes dépendantes très âgées, la masculinisation des aidants conjugaux et la survie plus fréquente de couples dont les deux membres seront dépendants feront grossir la population demandeuse d'une aide d'ordre professionnel.Plus de renseignements :www.ined.frwww.hopital.fr

 
Publié par Hopital.fr le Lundi 19 Mai 2008 : 02h00