Piles boutons : alerte des autorités sanitaires sur leur risque d'ingestion

© Adobe Stock

L'Agence Nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) met en garde sur le risque d'ingestion de piles de bouton par de jeunes enfants, qu'on retrouve notamment dans certains jeux. Une pile avalée peut entraîner de grave complications voir des lésions mortelles. L'ANSES recommande d'être particulièrement vigilant en cette période de Noël. 

PUB

Face à la méconnaissance des dangers apportés par une ingestion de piles boutons, l'ANSES révèle dans un communiqué du 20 décembre 2018 les risques que peuvent apporter cet incident et les premiers gestes à faire en cas d'ingestion. Le but est de sensibiliser les parents, les personnes ayant la garde des enfants et les professionnels de santé afin de réagir au plus vite si un tel incident arrive.

En cas d'ingestion, chaque minute compte !

Les piles bouton de petite taille, plates et rondes, qu'on retrouve dans de nombreux objets du quotidien ( télécommandes, calculatrices, montres, appareils photos, certains jouets électriques...) risquent d'être avalées par de très jeunes enfants (moins de 6 ans).

PUB
PUB

Les autorités sanitaires rappellent qu'en cette période de Noël, il faut être particulièrement vigilant quant aux jouets qui en contiennent.

L'ANSES rappelle qu'une pile avalée peut entraîner très rapidement la formation de lésions qui peuvent êtres mortelles, comme des brûlures et perforation œsophagienne, une hémorragie brutale et imprévisible, également la perforation de voies respiratoires. Il est ainsi essentiel, en cas d'ingestion, même supposée, d'agir au plus vite afin de prévenir les risques : n'attendez pas, chaque minute compte !

L'ANSES insiste sur les réflexes à avoir dès l'ingestion :

  1. Appelez IMMEDIATEMENT un Centre antipoison ou le 15 qui vous indiquera la marche à suivre.
  2. Conduisez votre enfant dans le service d’urgence indiqué par le Centre antipoison, qui lui transmettra le protocole à suivre.

Renforcer la prévention des enfants

L'ANSES rapporte également que les Centres antipoison ont réalisé une étude sur 4030 enfants entre janvier 1999 et juin 2015 : parmi les 4030 cas, tous âges confondus, 2 sont décédés et 21 cas graves ont été signalés. Cette étude publiée en 2017 révèle que le cas d'ingestion présentant des signes cliniques est passé de 7% à 18 % de 1999 à 2015. Cela serait dû à l'augmentation du nombre d'ingestions des piles de grande taille. Une autre étude menée par les centres antipoison est en cours pour la période de juin 2016 à juin 2018, mais déjà trois décès d'enfants ont été signalés après ingestion de piles boutons durant cette période.

En septembre 2018, un garçon de deux ans et demi, Loëvann, était décédé après trois semaines d’hospitalisation au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Lille. À l’origine de ce drame : l’ingestion d’une pile bouton au lithium contenue dans un hand spinner lumineux, sorte de toupie plate appréciée des enfants. 

Publié le 20 Décembre 2018
Auteur(s) : Mathilde Polivka, journaliste santé
Source : Agence Nationale de Sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail, Piles boutons et jeunes enfants : prévenir l’ingestion et adopter les bons réflexes en cas d’accident, 20 décembre 2018
PUB
PUB
PUB

Contenus sponsorisés