Peut-on prédire l'asthme infantile ?

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 11 Décembre 2000 : 01h00
Un critère majeur associé à trois indices aux choix, serait la formule pour prédire l'asthme de l'enfant. Testée sur un large effectif, cette méthode s'avère satisfaisante.
PUB

L'asthme est une affection croissante dans les pays industrialisés, qui touche entre 2 et 5% de la population. Se caractérisant par des crises de dyspnée (respiration difficile), avec au moment de l'expiration un sifflement caractéristique, cette maladie atteint les bronches et l'appareil respiratoire. Elle se manifeste le plus souvent entre l'âge de 5 et 15 ans, mais l'asthme de l'enfant peut apparaître dès les premiers mois de la vie. Il se confond alors souvent avec la bronchiolite. Par ailleurs, on peut considérer qu'un enfant est asthmatique lorsqu'il a présenté plus de trois bronchiolites avant l'âge de deux ans.

L'intérêt de prédire un asthme chez l'enfant est de le prendre en charge rapidement. De plus, il faut savoir qu'un asthme traité tôt se guérit dans la plupart des cas ; il existe aujourd'hui des traitements de fond efficaces.

Comment prédire l'asthme infantile ?

PUB
PUB

Les auteurs de cette étude proposent la méthode suivante :o reconnaître un critère majeur : une gêne respiratoire (dyspnée) sifflante fréquente dans les trois premières années de vie et/ou un antécédent familial d'asthme ou d'eczéma ;o associé à au moins deux des trois critères suivants : hyperéosinophilie (augmentation sanguine d'un type de globules blancs, les polynucléaires éosinophiles), rhinite allergique (rhume des foins), sifflements respiratoires (sibilants) sans affection ORL associée.Testée sur un effectif très large, la valeur prédiction négative (absence de ces critères) serait de 90% et la prédiction positive de 45% environ.

Reconnaître au plus tôt ces signes devrait permettre la mise en place d'un traitement préventif de l'asthme. Evoluant par crises, des quintes de toux le soir ou la nuit font également parti des symptômes annonciateurs d'un asthme. Par ailleurs, l'hygiène de vie est tout aussi importante ; éliminez les facteurs d'allergie de la maison et surtout épargnez à votre enfant une atmosphère tabagique.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 11 Décembre 2000 : 01h00
Source : Castro-Rodriguez J.A. et coll., American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, 2000, 162 : 1403-1406.
PUB
PUB
PUB
A lire aussi
Bronchiolite dans l'enfance, asthme à l'adolescencePublié le 01/02/2005 - 00h00

Les liens entre asthme et bronchiolite restent discutés. Pendant longtemps, on pensait que la bronchiolite faisait le lit de l'asthme. Depuis, des études ont montré que le devenir de la bronchiolite dépendait de la sévérité de l'infection initiale. Une nouvelle étude confirme que trois...

Bronchiolite : recommandations à destination des parentsPublié le 31/12/2007 - 00h00

La bronchiolite touche 500.000 nourrissons par an. Or cette affection s'accompagne de très lourdes conséquences d'où l'impératif de mesures préventives. Quelle est la définition de cette affection ? Quelle est la relation entre bronchiolite et asthme ? Et enfin, quelles sont les...

Asthme : comment évaluer le risque à l'adolescence ?Publié le 18/09/2006 - 00h00

Un risque majoré d'asthme à l'adolescence peut être identifié dès la petite enfance. Une association entre bronchiolites et sensibilisation à des allergènes durant la petite enfance serait prédictive d'un risque ultérieur de développer un asthme.

Allergie grave : l’anaphylaxie, une urgence vitale trop méconnuePublié le 31/10/2016 - 11h09

Les allergies alimentaires ou aux pollens, de plus en plus fréquentes, sont fortement médiatisées. Au point -revers de la médaille- d’être banalisées. Or les réactions allergiques graves ou « anaphylaxies » sont, elles aussi, plus courantes et trop méconnues alors qu’elles engagent...

Plus d'articles