Petites fuites secrètes, ça se soigne très bien !
Sommaire

Le vieillissement à lui seul ne provoque pas d'incontinence urinaire !

Il faut lutter contre cette idée que passé 50 ans, il est « normal » d'avoir des fuites.

Bien sûr, le temps favorise l'apparition de certains dysfonctionnements, mais ça ne suffit jamais à justifier l'incontinence.

  • Avec l'âge pourtant, la capacité de la vessie se réduit, les contractions involontaires augmentent.
  • Chez la femme ménopausée, le manque d'œstrogènes peut provoquer des inflammations vaginales ou urétrales responsables de mictions impérieuses ou de douleurs.
  • Les antécédents d'accouchements (suivis parfois de « descente de l'utérus ») ou d'interventions chirurgicales au niveau du bas-ventre peuvent perturber la répartition des pressions dans le périnée et expliquer des incontinences urinaires d'effort.
  • D'autres facteurs favorisant l'installation de l'incontinence urinaire : les troubles de la marche, la diminution des fonctions cérébrales, certaines maladies comme le diabète sucré ou l'insuffisance cardiaque, et certains médicaments.

De quel type d'incontinence souffrez-vous ?

Si l'on enlève les problèmes liés à la dépendance physique ou mentale (problème de déplacement vers les toilettes, oublis), il existe trois types de troubles, parfois associés.

L'instabilité vésicale ou par impériosité

C'est « l'urgence mictionnelle » : la vessie se contracte de façon involontaire, entraînant soit des fuites imprévisibles, soit des envies contrôlées mais impérieuses et nombreuses, surtout la nuit.

Les émotions, le stress, le froid, le rire, les bruits d'eau peuvent amplifier ce phénomène.

L'incontinence d'effort

Les pertes d'urine sont inopinées, brèves, sans envie particulière. Le nombre des mictions quotidiennes est normal.

Les pertes surviennent au cours d'effort provoquant une pression dans le bas-ventre, comme lors des changements de position (assise à debout), de la marche, de l'éternuement, de la toux, du rire, du sport.

A savoir :

On parle d'incontinence mixte lorsque les deux types d’incontinence ci-dessus (d’effort et par impériosité) sont représentés (environ 30 % des cas).

La miction par regorgement

Se traduit par la vidange périodique de la vessie, involontaire et sans besoin.

La vessie ne se contracte plus, ou l'écoulement urinaire normal est empêché (fibrome par exemple).

De ce fait, l'urine « déborde » quand la vessie est trop pleine.

Probiotiques : Les meilleurs PROBIOTIQUES du marché !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Mots-clés : Incontinence, Vessie
Source : Houston K.A., Incontinence and the older woman. Clinics in Geriatrics Medicine 1993; 9 : 157-171. Syllabus Gériatrique. IPSEN American Geriatrics Society. Société Française de Gérontologie. 1999 ; 125-133.
La rédaction vous recommande sur Amazon :