Perte du goût et de l'odorat

Le goût et l'odorat sont intimement liés.

Les papilles gustatives perçoivent les sensations de sucré, de salé, d'amer et d'acide, tandis que l'odorat détermine la nature de la substance.

Par exemple, c'est la langue qui détecte le sucré, mais c'est le nez qui permet d'identifier le chocolat ou le caramel.

Publicité

Perte du goût et de l'odorat : Comprendre

Dans 85 % des cas, la perte totale de l'olfaction (anosmie) s'accompagne d'une perte du goût.

Mais il peut arriver que seul l'odorat diminue de façon importante (hyposmie), que l'on ait une sensation réelle ou hallucinatoire de mauvaise odeur (cacosmie objective ou subjective) ou encore que l'appareil nasal sente une odeur qui n'existe pas (phantosmie).

Il arrive également que seul le goût soit perdu ou altéré (goût métallique ou désagréable).

Les troubles du goût et de l'odorat affectent la sécurité et la qualité de vie. Il en résulte une incapacité à reconnaître les odeurs de brûlé, de gaz ou de nourriture avariée, une diminution de la libido et, parfois même, un état dépressif, sans oublier la perte de saveur des aliments et la difficulté à cuisiner.

Perte du goût et de l'odorat : Causes

Anosmie (perte totale de l'odorat) et hyposmie (diminution de l'odorat)

  • Infections, tels que le rhume, la grippe et la sinusite.

    Les infections sont les causes les plus fréquentes.

  • Inflammations des fosses nasales, telles que l'allergie respiratoire, la rhinite aiguë ou chronique, la polypose nasosinusale (formation de polypes - amas de tissus - dans les voies nasales).
  • Traumatisme crânien pouvant sectionner les nerfs olfactifs, qui se trouvent entre le nez et le cerveau.
  • Intervention chirurgicale au cerveau.
  • Certains médicaments, tels que la codéine, la morphine, la tétracycline, le méthotrexate, le clofibrate et autres, et certains traitements médicaux, tels que la radiothérapie cervicale, la chimiothérapie et l'hémodialyse.
  • Atteintes neurologiques, telles que la maladie d'Alzheimer, les tumeurs des voies et des centres olfactifs, la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson, la sclérose latérale amyotrophique.
  • Diabète et grossesse.

    Chez les diabétiques, les dommages neurologiques peuvent endommager les nerfs de l'olfaction.

    Chez les femmes enceintes, la congestion nasale peut entraver la fonction olfactive de façon passagère.

    Dans leur cas, les choses reviennent à la normale après la grossesse.

  • Inhalation de produits toxiques, tels que le tabac, le gaz naturel, la poussière de ciment, le goudron, l'essence, le plomb, le zinc, le dioxyde de soufre, le chrome, etc.
  • Vieillissement, surtout à partir de 80 ans.

Cacosmie objective (sensation réelle de mauvaise odeur)

  • Corps étranger dans les voies nasales.
  • Infections bactériennes.
  • Tumeurs nasales nécrotiques surinfectées (bénignes ou malignes). Les tumeurs manquent d'oxygène, s'infectent et détruisent les tissus.
  • Atrophie chronique de la muqueuse nasale (ozène) s'accompagnant de croûtes brunes qui tapissent les parois des fosses nasales.

Cacosmie subjective (sensation hallucinatoire de mauvaise odeur) et phantosmie (odeur qui n'existe pas, agréable ou non)

  • Troubles mentaux, tels que l'hystérie, la psychose, la schizophrénie, l'hypocondrie, l'anxiété.
  • Lésion ou tumeur cérébrale.
  • Epilepsie.

Perte ou altération du goût seulement

  • Problèmes dentaires - tels qu'une carie, une gingivite, une parodontite -, les prothèses dentaires, les obturations, les amalgames et une mauvaise hygiène dentaire.
  • Infections ou maladies, tels que l'otite moyenne, le diabète, une affection parasitaire caractérisée par la formation de champignons sur les papilles gustatives, les infections de l'appareil respiratoire, l'anémie ou une tumeur sur les nerfs de la gustation.
  • Certains médicaments et traitements médicaux, tels que les antibiotiques, la radiothérapie et la chimiothérapie.
  • Tabagisme et alcool. Ils peuvent endommager les papilles gustatives.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Lundi 24 Décembre 2012 : 16h16
Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005
PUB
PUB