Où en est-on avec la migraine ?
Publié le 15 Avril 2002 à 2h00 par Dr Agnès Lara
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La migraine est due à un dysfonctionnement du système nerveux. Touchant environ 11% de la population dans les pays occidentaux, elle atteint plus fréquemment les femmes (15 à 18%) que les hommes (6%) et peut débuter à tout âge, même si les premières crises se produisent très souvent à l'adolescence. Si elle reste encore trop souvent non diagnostiquée, sa prise en charge s'est cependant bien améliorée depuis 10 ans.

Comment distinguer la migraine de simples maux de tête ?

Elle se caractérise par de violents maux de tête pouvant durer entre 4 et 72 heures et s'accompagne généralement de nausée ou de vomissement ou encore de photophobie ou de phonophobie (difficulté à supporter la lumière ou le bruit). Deux des symptômes suivants doivent également être présents:

  • douleur unilatérale (d'un seul côté de la tête)
  • caractère lancinant de la douleur
  • douleur aggravée par le mouvement
  • douleur d'intensité modérée à sévère

Un handicap pour 10% de la population

Les crises surviennent généralement une à deux fois par mois et durent en moyenne quatre heures. Cependant, 10% des migraineux en sont atteints chaque semaine et chez certains (20%), les crises peuvent durer jusqu'à 72 heures, ce qui implique nécessairement un coût social important.

La sévérité des migraines est en baisse depuis 10 ans

La sévérité des crises dont souffrent les migraineux semble cependant en baisse depuis 10 ans, la proportion de migraine sévère étant passée de 57% en 1990 à moins de 40% en 2000. Cette réduction est encore plus significative pour les crises très sévères qui sont passées dans le même temps de 20 à 7,5%. Une étude présentée lors des Journées de Neurologie à Tour en avril 2002 montre en effet, que la très grande majorité des migraineux (70%) se traite en période de crise. Les médicaments les plus utilisés sont des antalgiques (paracétamol dans 65% des cas) ou des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (aspirine, ibuprofène, etc.).Pourtant, le paracétamol n'est pas le traitement le plus efficace contre la migraine. Les Triptans (Imigrane®, Naramig®, Zomig® et Zomigoro®) le sont bien davantage mais restaient encore très peu utilisés en 1999 (4% des cas seulement). Des chiffres qui bien qu'ayant sans doute évolué à la hausse, restent insuffisants.