Otite : alerte sur un risque de toxicité de certaines gouttes auriculaires antibiotiques

© Istock

Lorsque l'on souffre d'otites externes, certaines gouttes auriculaires  contenant un antibiotique aminoside peuvent êtres prescrites. Cependant, la revue Prescrire alerte sur leur risque de toxicité qui peuvent sérieusement aggraver l'oreille interne avec des séquelles définitives. 

PUB

Comment traite-t-on une otite ? Les gouttes auriculaires contenant de l'ofloxacine sont le traitement de premier choix des otites externes non compliquées, quand un antibiotique local est justifié. Il existe également diverses gouttes auriculaires contenant un antibiotique aminoside (néomycine, framycétine) vendus sous le nom d'Amikacine® et Gentalline®, associé ou non avec la polymixine B, qui sont utilisées dans le traitement des otites externes depuis de nombreuses années. Cependant, les gouttes auriculaires contenant un antibiotique aminoside sont à éviter en raison de leur ototoxicité (substance ou médicament, qui, à partir d'une certaine dose peut léser les structures de l'oreille interne ou du nerf auditif), révèle la revue Prescrire dans leur édition du 1er février 2019.

PUB
PUB

Une toxicité sur l'oreille interne ...

Les otites externes se limitent à une inflammation de la peau du conduit auditif externe, le tympan reste intact. Cependant, l'examen clinique est douloureux en cas d'otite externe aiguë et il est difficile de vérifier l'intégrité du tympan. Or, la revue Prescrire rappelle que les effets indésirables sur l'oreille interne de ces médicaments contenant l'antibiotique aminoside, administrés par voie générale, sont connus aussi depuis longtemps. Leur toxicité sur l'oreille s'exerce aussi quand ils sont administrés dans le conduit auditif externe si le tympan est perforé.

Avec des séquelles définitives menant à la surdité

Une administration de gouttes auriculaires à base de gentamicine ou de néomycine et polymyxine B en présence d'un tympan perforé ou d'aérateurs transtympaniques sont la cause de toxicités sur l'oreille interne, avec des séquelles définitives, d'après des séries d'observations et des bilans d'agences du médicament.

La revue Prescrire explique que la surdité survient le plus souvent de manière progressive sur 6 à 10 mois, mais parfois brutalement. Les troubles continuent parfois à s'aggraver après l'arrêt du médicament. L'intégrité du tympan avant traitement, et à plus forte raison en cours de traitement est souvent incertaine. Des gouttes auriculaires contenant un antibiotique aminoside exposent alors à une atteinte de l'oreille interne.

La revue Prescrire rappelle que d'autres antibiotiques auriculaires tel que l'ofloxacine (Oflocet®) , voire la rifamycine (Otofa® ), adaptés en cas d'otite externe, ne sont pas connus pour exposer à ce risque de toxicité locale. Ils sont donc un traitement antibiotique local de choix de ces otites externes.

Publié le 04 Février 2019
Auteur(s) : Mathilde Polivka, journaliste santé
PUB
PUB
PUB

Contenus sponsorisés