Noël, le cauchemar des célibataires !
Publié le 09 Décembre 2011 à 15h09 par Dr Catherine Solano
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

J'ai plus de 30 ans et je suis célibataire...

Jacques, 33 ans, est seul, et il est bien sûr invité dans sa famillepour fêter Noël. « J'aimerais moi aussi avoir des enfants, mais je n'ai pas encore rencontré la future maman. Peut-être à cause de ma timidité. Alors, voir mes frères heureux en couple, leurs enfants s'amuser, ça me fait plaisir évidemment, mais par moments c'est aussi comme un coup de poignard.

Pourquoi moi je n'y ai pas droit ? Le pire, ce n'est pas ça, ce sont les remarques. « Alors, à quand ton tour de nous faire des petits-enfants ? me demandent régulièrement mes parents... Et puis, tout le monde se sent obligé de m'offrir un petit cadeau. C'est gentil, mais je sais bien que je passe après les enfants (heureusement d'ailleurs !) et ça me met le blues. Je me dis que je suis la personne la plus importante au monde pour personne. Et je ressens encore plus fort ma solitude »

Ainsi, une belle fête de famille fait ressortir encore plus violemment la solitude...

Vraiment seule pour Noël…

Marianne, séparée de son compagnon, n'aura pas son fils le jour deNoël. « C'est dur cette année. D'autant plus que mes parents sont tous les deux décédés. Et que ma sœur vit aux États-Unis. Alors, je vais être vraiment toute seule. J'ai demandé à plusieurs amis s'ils pouvaient m'inviter, et tout le monde a dit oui. J'avais besoin d'avoir plusieurs invitations, car le jour de Noël en célibataire, rien que d'y penser, ça me donne envie de me flinguer ! Je ne sais pas encore laquelle je vais accepter, mais même si je vais me sentir une pièce rapportée, j'ai déjà beaucoup de gratitude pour ces gentilles invitations. Et l'année prochaine, j'aurai mon fils avec moi.»

Se trouver totalement seul, sans famille, c'est pour certains très douloureux. Mieux vaut anticiper comme Marianne, prévoir de se faire inviter à une fêtede Noël. Dans ce cas, l'avantage d'être seul, c'est qu'un couvert de plus, c'est toujours possible. Alors, si vous êtes dans ce cas, ne laissez pas la déprime arriver. Sachez aussi qu'on sera content de vous inviter.

Pour Noël, tout le monde a envie de faire un joli geste. Alors, donnez aux autres cette possibilité. Qui sait, vous leur rendrez peut-être la pareille un autre jour dans d'autres circonstances !

Famille monoparentale, souci fatal...

Elisa a deux petites filles et elle vient de divorcer. Elle va passer Noël avec ses filles, mais elles ne seront que trois. « J'ai essayé de m'organiser pour fêter Noël avec des amis, mais tous partent chez leurs parents ou leurs frères et sœurs. Moi, je suis fille unique et mon père a une maladie d'Alzheimer au point qu'il ne me reconnaît plus. Mes filles sont toutes petites, et il est impossible de l'inviter dans son état. Ma mère est décédée il y a longtemps. Résultat, on sera toutes les trois seulement. C'est d'autant plus difficile pour moi que mes parents, ayant été dans une secte, ne fêtaient jamais Noël. Alors, je ne me sens pas douée pour partager la magie de Noël. Je vais faire mon possible pour mes filles, mais le cœur n'y sera guère... »

Vous pensez que se trouver seul adulte avec ses enfants, ce n'est pas tout à fait être seul ? Pourtant si. Les enfants, même si on les aime profondément, ne peuvent remplacer une relation d'égal à égal entre adultes. C'est ce que ressent Elisa. L'idéal serait peut-être qu'elle connaisse quelqu'un dans le même cas qu'elle pour partager un Noël à deux famillesmonoparentales... Cela demande une forte motivation pour trouver quelqu'un qui en ait aussi envie.

Pourquoi c'est si difficile de se retrouver seul ?

Comme le dit Jacques, chacun a besoin de se sentir la personne la plus importante au monde pour quelqu'un. Un jour de fête de famille sert à mettre ces liens d'amour en évidence. Quand ils manquent, un grand creux est rendu visible.

Quand on est seul dans la vie, au lieu de se sentir au milieu d'un tissu relationnel soutenant, on se sent flotter dans le vide, on manque de liens qui nous aideraient à tenir le coup ou à vivre l'essentiel de la vie, les relations fortes aux autres. On peut se demander : « A quoi sert ma vie ? Pour qui je compte ? Qu'est-ce que je fais sur terre ? » De grandes questions existentielles remontent à la surface.

Pourquoi envier les autres ?

Au lieu de déprimer sur son sort, pourquoi envier les autres ? La famille idéale où les parents sont heureux en couple, les enfants adorables, les grands-parents serviables et en bonne santé, c'est souvent une illusion. Chaque famille vit des drames, des tensions, des secrets pas toujours enviables. Alors, croire qu'être seul est une anomalie douloureuse, c'est oublier d'autres douleurs peut-être bien cachées.

Créez du bonheur autour de vous

Pour que Noël reste une fête heureuse pour un maximum de personnes, si vous êtes seul, offrez aux autres le plaisir de vous inviter. Osez demander !

Si vous êtes en famille, soyez attentif à ceux qui sont autour de vous. Il y a peut-être quelqu'un de seul à qui vous pourriez faire plaisir en l'invitant. Un bienfait n'est jamais perdu, et Noël, c'est le moment où jamais de mettre votre générosité à l'œuvre.