Nicotine... et la mémoire part en fumée

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 03 Juin 2002 : 02h00
Un effet toxique supplémentaire vient d'être attribué à la nicotine. Elle détériore les capacités d'apprentissage et de mémoire. Certes, ce résultat provient d'une étude menée chez des rats, mais de tels effets dévastateurs risquent fortement de se retrouver sur nos neurones « enfumés »…
PUB

Nous savons depuis longtemps que la nicotine, substance impliquée dans la dépendance à la cigarette, stimule la mémoire et les fonctions d'apprentissage des fumeurs ponctuels. Or aujourd'hui, il semblerait qu'elle ait un effet inverse en période de sevrage chez les gros fumeurs.

Une telle conclusion a été suggérée par une étude INSERM menée chez des rats. Les auteurs se sont concentrés sur une région cérébrale particulière impliquée dans les processus de mémorisation, le « gyrus denté ». Cette partie cérébrale a la propriété rare de produire des neurones durant toute la vie. Différentes doses de nicotine, toutes proches de celles inhalées par un fumeur, ont été administrées à des rats. On constate que plus la quantité de nicotine est élevée, plus la capacité de production neuronale baisse ; et comparé à des rats « non fumeurs », la nicotine diminue de moitié le nombre de neurones. De telles altérations se répercutent très certainement sur les aptitudes d'apprentissage et de mémorisation.

La nicotine attaque-t-elle de façon similaire le cerveau humain ?

PUB
PUB

De nouvelles études sont indispensables pour répondre formellement à cette question. Cependant, c'est fort probable. Les fumeurs vont-ils en perdre la tête ?

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 03 Juin 2002 : 02h00
Source : Djoher Nora Abrous et coll., Journal of Neurosciences, 22 (9) : 3656-3662, Mai 2002.
PUB
PUB
A lire aussi
Le sucre rend bête et les oméga-3 intelligent !Publié le 16/05/2012 - 09h29

Cette étude suggère qu’une consommation trop élevée de sucre sous forme de fructose est nuisible au bon fonctionnement de notre cerveau et à notre intelligence. À l’opposé, les oméga-3, ces fameux acides gras que l’on trouve essentiellement dans le poisson, protègent le cerveau des...

Petit ou gros fumeur : et si c'était génétique ? Publié le 13/02/2006 - 00h00

Certains se contentent d'une dizaine de cigarettes par jour, tandis que d'autres dépassent systématiquement le paquet. Certains réussissent à arrêter, tandis que d'autres accumulent les tentatives. Et si cette différence entre «petit» et «gros fumeur» était d'origine génétique ?

Plus d'articles