Mon enfant ronfle, c'est grave docteur ?

Le ronflement en soi n'est pas dangereux. En revanche, si les ronflements ont des répercussions sur le comportement de l'enfant, ils ont probablement pour origine un syndrome d'apnées du sommeil, qu'il est alors nécessaire de prendre en charge.
© Fotolia

Votre enfant ronfle ?

Si votre enfant ronfle, observez son comportement durant la journée. Inversement, si son sommeil vous inquiète, observez-le lorsqu'il dort : sa respiration est-elle difficile ? Ronfle-t-il ? Est-il agité ? Etc.

Un enfant qui ronfle dort souvent mal et cela se répercute sur son comportement : sa respiration est difficile, il fait des pauses respiratoires avec une reprise bruyante, son sommeil est agité, les éveils sont fréquents, tandis que le réveil matinal est difficile, il a tendance à refaire pipi au lit, etc. Inversement, dans la journée, il est somnolent, fatigué, ou au contraire très agité, voire hyperactif, il est irritable, agressif, peu sociable, avec des troubles de la concentration, de la mémoire et des difficultés scolaires, parfois soudaines. On peut également constater que le développement staturo-pondéral est ralenti. Très fréquemment aussi, l'enfant présente une obstruction et a une forte tendance à respirer par la bouche.

Et si c'était un syndrome d'apnées du sommeil ?

Quel est le problème ? Il souffre d'un syndrome d'apnées du sommeil. Durant son sommeil, sa respiration est ponctuée de nombreux arrêts respiratoires (entraînant une réduction de l'oxygénation sanguine). Ne durant que quelques secondes à peine, la reprise de la respiration est à chaque fois plus ou moins bruyante, ce qui est à l'origine des ronflements.

Le syndrome d'apnées du sommeil concerne 2 à 3 % des enfants, surtout entre 2 et 6 ans, et un peu plus souvent des garçons que des filles. A noter que 40% des enfants qui consultent pour ronflements souffrent d'apnées du sommeil.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Fédération française d'orthodontie, Dossier de presse 7-10 novembre 2008.