Chacun dans son lit !

Maman, j'ai peur, je peux venir dans ton lit ? Quel enfant n'a pas un jour eu envie de dormir dans le lit de ses parents ? Quel parent n'a pas une fois accepté que son enfant passe un moment dans son lit ? Si l'exception se transforme en une habitude de vie et de sommeil, cela mérite de prendre un instant pour y réfléchir… à tête reposée.
PUB

Prendre un enfant dans son lit…

C'est difficile de résister et de demeurer insensible aux pleurs de son enfant, quand, au milieu de la nuit et en pleine phase de sommeil profond, il frappe à la porte, réveillé par un cauchemar et vient se glisser dans le lit de ses parents. Parfois, c'est toutes les nuits qu'il veut s'endormir dans leur lit car, comme l'écrit la psychologue Anne Bacus*, « l'enfant considère vite les exceptions qui lui conviennent comme des habitudes ». Progressivement, l'endormissement seul dans son lit et dans sa chambre se transforme en une telle mission d'allure impossible, que les cris et les pleurs incessants de l'enfant peuvent inciter le parent à « craquer » ou à « céder », consciemment par facilité, inconsciemment pour bien d'autres raisons.

PUB
PUB

De la naissance à… un âge plus avancé !

Tous les parents peuvent ainsi être un jour tentés de faire une place dans leur lit à leurs enfants, jeunes et moins jeunes… Il n'est pas exceptionnel en effet d'apprendre qu'un enfant de 10 ans, voire un adolescent de 16 ans passe régulièrement ses nuits dans le lit de ses parents. La facilité n'est qu'apparente et les difficultés risquent d'apparaître ultérieurement. A moins que ce soit le fait même de faire une place à l'enfant dans le lit des parents, qui soit déjà le signe des difficultés familiales ou conjugales.

Publié le 14 Mai 2003
Auteurs : Dr Catherine Feldman, psychothérapeute
PUB