Mon enfant ronfle, c'est grave docteur ?

Quelles sont les solutions contre le ronflement ?

Les ronflements proviennent très souvent de végétations énormes obstruant plus ou moins l'arrière du nez, ou d'amygdales très développées, fermant plus ou moins le pharynx. Lorsque c'est le cas, une ablation des végétations et/ou des amygdales représente un traitement très efficace. L'enfant ne ronfle plus, il dort calmement, son sommeil est réparateur et les troubles du comportement disparaissent.

Dans 10% des cas, ce geste opératoire ne permet pas de régler le problème, l'enfant ronfle toujours, il manifeste encore un syndrome d'apnées du sommeil et en souffre.

Il est alors nécessaire de procéder à un enregistrement polysomnographique : durant toute une nuit, on enregistre de nombreux paramètres caractérisant son sommeil : rythme respiratoire, cardiaque, ondes cérébrales, activités musculaires, etc. Bien entendu, cet enregistrement de son sommeil renseigne également sur les caractéristiques des pauses respiratoires (fréquences, durée…). Lorsque le nombre d'apnées dépasse 30 par nuit (une nuit de 7 heures), un traitement s'impose, lequel repose sur la pression positive continue. Durant la nuit, l'enfant porte un masque qui lui insuffle de l'oxygène afin de maintenir les voies respiratoires bien ouvertes. Cet équipement nocturne est parfois difficile à supporter, particulièrement pour un enfant.

Plus rarement, les ronflements sont dus à une anomalie orale ou faciale, que la chirurgie peut corriger.

En conclusion, les ronflements d'un enfant peuvent simplement être dus à une infection des voies nasales. Mais s'ils perdurent dans le temps, il est nécessaire de consulter un ORL, afin d'évaluer l'état de sa muqueuse nasale, la position de la cloison nasale, le volume des amygdales et des végétations.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Fédération française d'orthodontie, Dossier de presse 7-10 novembre 2008.