Mon coeur et moi, où en sommes-nous ?

Mon coeur et moi, où en sommes-nous ?

La santé de notre coeur détermine notre longévité. Autrement dit, si nous prenons bien soin de notre coeur, nous pouvons augmenter notre longévité. En agissant sur certains facteurs modifiables, nous pouvons gagner 10, voire 15 ans de vie en forme. Commencez par évaluer la santé de votre coeur, puis agissez.
Sommaire

La santé de mon cœur dépend de mes facteurs de risque

La santé du cœur dépend de facteurs de risque aujourd'hui bien identifiés (1).

- Rapport mauvais cholestérol sur bon cholestérol.

- Tabagisme.

- Tension artérielle.

- Diabète.

- Obésité abdominale.

- Stress.

- Consommation de fruits et de légumes.

- Consommation de graisses animales et trans.

- Activité physique.

- Antécédents cardiovasculaires familiaux.

Heureux sont ceux qui les connaissent, car en tenant compte de nos propres facteurs de santé du cœur, nous pouvons modifier notre mode de vie et ainsi garder un cœur en forme toute la vie.

Il n'est jamais trop tard pour agir. Pour vous inciter à prendre votre coeur en main, vous pouvez évaluer votre niveau global de santé cardiovasculaire grâce à la table en couleur ci-dessous. Celle-ci tient compte à la fois de votre sexe, âge, tension artérielle, niveau de cholestérol et du tabagisme.

Un score au-dessus de 2 % de risque de faire un accident cardiovasculaire dans les 10 ans doit vous pousser à consulter votre médecin pour faire le point, sauf si vous êtes déjà suivi(e) bien sûr.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : (1) Yusuf S et al. Effect of potentially modifiable risk factors associated with myocardial infarction in 52 countries (the INTERHEARTstudy): case-control study. www.thelancet.com Published online September 3, 2004. (2) Clarcke R. Life expectancy in relation to cardiovascular risk factors: 38 year follow-up of 19 000 men in the Whitehall study. BMJ 2009;339:b3513.