Mieux comprendre le syndrome du « gros bras »

© Istock

Une étude précise les facteurs de risque de gonflements des membres dont souffrent de nombreuses patientes traitées pour un cancer du sein.

PUB

Le syndrome du « gros bras », un effet secondaire du traitement du cancer du sein

Plus communément appelé syndrome du « gros bras », l'apparition d'un lymphœdèmeest un effet secondaire connu du traitement du cancer du sein, le plus souvent par chirurgie ou radiothérapie. Des chercheurs de l'Université de Californie à San Francisco (États-Unis) ont cherché à savoir pourquoi certaines patientes développent plus fréquemment de tels gonflements ; certaines prédispositions génétiques seraient notamment en cause.

PUB
PUB

Comprendre le syndrome du « gros bras » ou lymphœdème

Les lymphœdèmessont liés à un dysfonctionnement des ganglions lymphatiques proches de la tumeur, que le médecin cible pour réduire le risque de dissémination de cellules cancéreuses et de métastases. Le liquide lymphatique circulant mal, il s'accumule et peut entraîner un gonflement des tissus, parfois plusieurs années après l'opération. D'après cette étude américaine portant sur plus de 500 patientes atteintes d'un cancer du sein, l'apparition d'un lymphœdèmeest liée principalement au surpoids de la patiente, au nombre de ganglions retirés et au stade du cancer au moment du diagnostic, le risque étant plus élevé pour les cancers les plus agressifs. Les médecins californiens ont également identifié quatre gènes pour lesquels des mutations semblent impliquées dans l'apparition des lymphœdèmes. Ces gènes sont connus pour participer à la formation des vaisseaux sanguins et des vaisseaux lymphatiques, phénomène qui interviendrait dans le développement des œdèmes.

En comprenant mieux quels facteurs favorisent l'apparition des lymphœdèmes, cette étude pourrait aider les médecins à identifier les patientes à risque pour leur proposer des mesures adaptées et prévenir cet effet secondaire gênant.

Publié par La Fondation ARC le Lundi 29 Avril 2013 : 10h00
Mis à jour le Lundi 29 Avril 2013 : 16h33
Source : Fondation ARC pour la recherche sur le cancer - C. Miaskowski et al. Lymphatic and angiogenic candidate genes predict the development of secondary lymphedema following breast cancer surgery. PLoS ONE. En ligne le 16 avril 2013.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés