Les méthodes naturelles de contraception

La contraception orale reste la première méthode de contraception en France car elle est efficace, simple d'utilisation et généralement bien tolérée. Cependant, le choix de la patiente ou son histoire médicale peut faire proposer d'autres méthodes. L'efficacité de chaque méthode est évaluée par l'indice de Pearl qui mesure le nombre de grossesse par année pour 100 femmes utilisant cette méthode (à titre indicatif l'indice de Pearl pour la pilule est de 0 à 0.43).

Contraception naturelle : l’indice de Pearl

L'efficacité de chaque méthode contraceptive est évaluée par l'indice de Pearl qui mesure le nombre de grossesses pour 100 femmes utilisant cette méthode pendant un an. À titre indicatif, l ' indice de Pearl pour la pilule est de 0,3 % en théorie (utilisation parfaite) et de 8% en utilisation dans la vraie vie (dite typique).

Contraception naturelle : le retrait ou coït interrompu

  • Principe

Il s’agit de s’autoriser une pénétration vaginale sans contraception, l’homme se retirant pour éjaculer à l’extérieur du vagin afin de ne pas y introduire de sperme.

C'est une méthode assez inefficace avec 27 grossesses observées pour 100 coupleutilisant cette méthode pendant un an.

Elle ne devrait être utilisée que pour les couples pour qui une grossesse serait acceptée.

  • Avantages et inconvénients

Cette méthode présente l’avantage de pouvoir être mise en place au dernier moment, en cours de rapport sexuel. Il est toujours temps de se retirer. Un jeune couple qui s’aperçoit qu’il est en train de « faire une bêtise » a intérêt à l’utiliser ! Néanmoins, il est fortement conseillé ensuite de prendre la pilule du lendemain, vu son efficacité limitée. Cela dit, il est plus efficace de pratiquer le retrait que de ne rien faire.

Le retrait est difficile à suivre (un homme ne contrôle jamais complètement son éjaculation) et frustrante (le rapport sexuel n’est pas complet).

Les méthodes de continence périodique avec détection des périodes d’ovulation

Ces méthodes sont basées sur le principe de l'auto-observation de la femme et le repérage des jours de fertilité. Les relations sexuelles ne sont ensuite possibles que pendant les jours de non fertilité de la femme. Elles nécessitent donc une bonne connaissance de son corps et une motivation du couple car elles peuvent sembler contraignantes. Elles peuvent être frustrantes pour les couples car elles interdisent les relations sexuelles pendant toute une partie du cycle féminin.

L’Organisation Mondiale de la Santé estime à 25 % leur taux d’échec moyen, soit une grossesse pour 4 couples l’utilisant pendant un an, ce qui est élevé. Cependant, en utilisation parfaite, les chiffres seraient de 5 % d’échec pour la méthode Ogino à 3 % pour les plus fiables, la méthode Billings ou sympto-thermique. La motivation des couples à les utiliser le mieux possible entre donc considérablement dans leur efficacité. Cette remarque est d’ailleurs vraie pour toutes les contraceptions, car même avec la pilule, le taux d’échec augmente beaucoup en cas d’oublis fréquents.

La méthode Ogino-Knaus

Principe

Elle est basée sur une méthode de calcul statistique permettant de déterminer les périodes où la femme est supposée ne pas être fertile afin de ne s’autoriser les relations sexuelles qu’en période infertile. On observe plusieurs cycles et l’on conclut qu’en moyenne, l’ovulation a lieu tel jour, car on sait que l'ovulation survient toujours 14 jours avant le début des règles.

Pour un cycle de 28 jours, la période d'abstinence devrait donc se situer entre le 10ème et le 17ème jour du cycle.

Avantages et inconvénients

Cette méthode ne prend pas en compte les irrégularités parfois importantes des cycles et la difficulté de ne pas avoir des relations sexuelles quand on le souhaite.

Guide: 

Source :