Nouvelle pilule du lendemain : pour qui, quand, comment ?

Qu'a-t-elle, cette pilule du lendemain dénommée EllaOne® ? Elle est efficace jusqu'à 5 jours après un rapport sexuel au lieu de 72 heures pour les anciennes pilules d'urgence.

PUB

EllaOne®, pilule du lendemain, recule la limite à 5 jours

EllaOne® (acétate d'ulipristal) est une contraception d'urgence disponible depuis le 1er octobre 2009. Pour les femmes qui connaissent le Norlévo® (ou son générique le Levonorgestrel Biogaran®), sachez que cette pilule plus récente est fabriquée par le même laboratoire (HRA Pharma), mais revendique une efficacité supérieure. Alors que les pilule s de type Norlévo permettent de prévenir une grossesse non désirée jusqu'à 72 heures après un oubli de pilule ou une rupture de préservatif, EllaOne® peut encore être prise jusqu'à 5 jours après l'accident, soit 120 heures.

PUB
PUB

Elle empêche l'ovulation de se produire pendant toute la durée de la survie des spermatozoïdes, soit 5 jours. À ce titre elle appartient à la classe thérapeutique des modulateurs sélectifs des récepteurs de la progestérone.

Comme pour toute pilule d'urgence, plus tôt elle est prise, mieux c'est !

Attention, même si l'on parle de 5 jours, il est nécessaire de la prendre le plus tôt possible car comme pour toutes les contraceptions d'urgence, plus on attend, plus l'efficacité diminue. Ceci dit, EllaOne® est plus efficace sur ce plan aussi.

Toujours par rapport au Norlévo (la référence en matière de contraception d'urgence), EllaOne® agit trois fois plus en cas de prise dans les 24 heures après un rapport, et deux fois plus si elle est prise entre 0 et 72 heures après. Mais arrivée à 120 heures, temps de survie des spermatozoïdes, elle est toujours efficace. Selon le Mouvement Français du Planning familial (Mfpf), ' alors que le Norlévo perd de son effet anti-fécondation avec le temps, puisqu'on passe de 90% à 46% de taux de réussite en trois jours, cette nouvelle pilule est efficace à 95% sur 5 jours '.

Publié le 05 Octobre 2009 | Mis à jour le 05 Septembre 2016
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : 8e Congrès de la Société européenne de gynécologie, symposium HRA Pharma, septembre 2009 ; Le Quotidien du Médecin ; Egora.
Voir + de sources