Mesurer son souffle, comment faire ?

© getty

Forts du succès de la première Journée mondiale de la mesure du souffle en 2010, les pneumologues français réitèrent l’expérience jusqu’au 29 juin 2012. Lors de la précédente édition, leur forte mobilisation avait permis d’effectuer près de 4000 mesures du souffle en une journée ! 

Comment se passe une mesure du souffle ?

PUB

Les Français et leur souffle

Si les Français sont familiarisés avec le contrôle de leur tension artérielle, très peu surveillent leur souffle.

Conséquence : environ 4 millions sont concernés par l’asthme et 3 à 5 millions par la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) qui, d’ici 2030, sera, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la 3e cause de mortalité dans le monde.

« Pierre angulaire du dépistagedes maladies respiratoires obstructives chroniques », comme le rappelle le dossier de presse de la Fête du souffle 2012, la mesure du souffle doit être pratiquée régulièrement chez les patients à risque (ceux de plus de 40 ans, les fumeurs ou ex-fumeurs, les personnes exposées à des polluants professionnels ou domestiques…).

Et ce, qu’ils présentent ou non des symptômes comme un essoufflement ou de la toux.

PUB
PUB

Deux appareils de mesure sont utilisés dans les cabinets pour la mesure du souffle

  • Le débitmètre de pointe (peak-flow) mesure en litres par minute le débit expiratoire de pointe, c’est-à-dire le débit d’air maximal produit lorsque l’on souffle le plus énergiquement possible. La mesure doit être effectuée 3 fois de suite et seul le chiffre le plus élevé est retenu. Cet appareil ne mesure que la force maximale du souffle et est utilisé surtout pour surveiller l’état respiratoire d’une personne car il est facile à répéter ;
  • Le spiromètre est un appareil électronique qui permet de mesurer le volume expiratoire maximum pendant la 1e seconde, c’est-à-dire la quantité d’air expirée en une seconde après avoir rempli les poumons au maximum. Plus fiable que le débitmètre de pointe, la mesure obtenue après que le patient ait soufflé dans l’embout permet de déterminer s’il existe une obstruction des bronches.

Il est aussi possible de mesurer les volumes pulmonaires c'est-à-dire le volume d’air contenu dans les poumons ou les performances respiratoires à l’exercice.

Si les résultats de la mesure du souffle ne sont pas conformes aux valeurs attendues, le médecin peut décider de compléter les examens.

Publié le 29 Juin 2012 | Mis à jour le 02 Juillet 2012
Auteur(s) : Hopital.fr
Source : Hopital.
Voir + de sources
fr Dossier de presse de la Fête du souffle 2012.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés