Epidémie de pneumopathie : virus identifié, bientôt un test de dépistage

Deux équipes de chercheurs ont identifié le code génétique du coronavirus, tenu responsable de l'épidémie de pneumopathie. Depuis, le secrétaire d'Etat américain à la Santé a annoncé qu'un test de dépistage serait disponible d'ici une dizaine de jours. En attendant, les recommandations aux voyageurs sont maintenues.
PUB

Bilan de l'épidémie

Selon la Direction générale de la Santé, depuis le début de l'alerte, 359 personnes ont présenté en France des signes cliniques pouvant évoquer un syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), au retour d'un voyage d'une zone affectée ou suite à un contact rapproché avec un cas. Parmi celles-ci, 342 cas ont été secondairement exclus, tandis que 12 personnes font encore l'objet d'un suivi. On comptabilise aujourd'hui, cinq cas probables, ayant eu lieu à Hanoi ou dans le vol Hanoi-Paris, mais un seul reste en surveillance hospitalière à Tourcoing, dans un état satisfaisant. Au plan international, 3.861 cas de SRAS répartis dans 26 pays ont été notifiés à l'OMS, dont 217 décès. L'évolution de l'épidémie inquiète les autorités sanitaires : ce virus est susceptible de muter rapidement, d'acquérir une plus grande virulence et de tuer des personnes jeunes sans antécédents médicaux.

PUB
PUB

Un test de dépistage rapide et fiable

Tommy Thompson, secrétaire d'Etat américain à la Santé, a indiqué hier qu'un test de dépistage du virus du SRAS serait disponible dans les prochains jours ; trois tests différents ont été développés par les chercheurs du CDC d´Atlanta et sont actuellement en cours d'homologation. Ces tests seront particulièrement précieux pour évaluer l'état des patients suspects de développer un SRAS, permettant ainsi d'éviter de longues périodes d'isolement. En revanche, le développement d'un traitement spécifique ou d'un vaccin préventif devrait prendre plus de temps.

Publié le 23 Avril 2003
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr