Ménopause : distinguez le vrai du faux
Publié le 02 Novembre 2012 à 14h51 par Rédaction E-sante.fr
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

On prend du ventre et on perd au niveau des cuisses.

C'est vrai. À la ménopause la silhouette se transforme, passant d’une forme gynoïde à une tendance androïde. Alors que les cellules graisseuses avaient tendance à s’accumuler au niveau des jambes, des cuisses et des fesses, elles se localisent désormais préférentiellement sur le ventre, comme les hommes.

On grossit forcément à la ménopause.

C'est faux. Le plus souvent, cette prise de poids a débuté bien avant la ménopause, très progressivement, mais c’est lors des grands bouleversements hormonaux que l’on en prend pleinement conscience.

Il faut savoir qu’avec l’âge les besoins caloriques tendent à diminuer, les activités physiques diminuent, tandis que les symptômes de la ménopause (bouffées de chaleur, troubles du sommeil, irritabilité) et l’anxiété associée à cette période (arrêt de la fertilité, départ des enfants, etc.) finissent par retentir sur le moral, entraînant une compensation alimentaire.

La moustache pousse à la ménopause.

C'est vrai. Si les cheveux se font plus rares, en revanche, des poils poussent dans des zones typiquement masculines, notamment sur la lèvre supérieure et sur les joues.

La peau devient plus sèche.

C'est vrai. Avec l’arrêt de la sécrétion hormonale, la peau s’amincit, s’assèche et se fragilise.

La sécheresse vaginale est un des symptômes de la ménopause.

C'est vrai. La sécheresse vaginale est une conséquence physique de la ménopause mais ne signifie pas forcément la fin de la vie sexuelle, et encore moins la fin des envies sexuelles !

À la ménopause, la libido augmente.

C'est faux. La baisse de la libido fait partie des symptômes liés à la ménopause et s’explique par de multiples facteurs physiques et psychologiques. Mais ce n'est pas une fatalité. La plupart des femmes ménopausées restent sexuellement actives entre 50 et 60 ans.

À la ménopause, le risque cardiovasculaire augmente.

C'est vrai. Les hormones féminines apportent aux femmes une protection cardiovasculaire. À la ménopause, avec l’arrêt de la sécrétion hormonale, le risque cardiovasculaire augmente, rejoignant celui des hommes.

Le traitement hormonal substitutif (THS) est une association de deux hormones.

C'est vrai. Le THS est formé de l’association de deux hormones : l’une à effet estrogénique, l’autre à effet progestatif, mimant les hormones naturelles.

L’âge moyen de la ménopause est 50 ans.

C'est faux. Aujourd’hui en France, l’âge moyen de la ménopause est plutôt de 51-52 ans. Sachez qu’il existe une forte corrélation avec l’âge de la ménopause de la mère. Autrement dit, une fille a de grande chance d’être ménopausée au même âge que sa mère.

À la ménopause, le taux de cholestérol augmente.

C'est vrai. Les grandes variations hormonales de la ménopause aboutissent à une augmentation du taux de cholestérol. Il est donc recommandé de faire un dosage du taux de cholestérol à cette période de la vie.

Source : Santé et ménopause, une nouvelle vie pour la femme, Dr Christian Jamin et Jocelyne Raison, Éditions Jacob-Duvernet.