Menace de grippe aviaire : que prévoir pour soi et sa famille ?

Indonésie, Égypte, Hongrie, Grande Bretagne, les nouvelles épidémies humaines et animales du virus H5N1 de la grippe aviaire, nous rappellent que la menace plane toujours. Le gouvernement a minutieusement préparé son plan d'action pour parer à une éventuelle pandémie, mais en tant que particulier, que doit-on prévoir pour soi et sa famille ? Le livre du Dr Philippe Presles, "Grippe aviaire, comment s'y préparer ?", nous donne les réponses.
PUB

Le virus grippal H5N1 est de retour à la Une de nos journaux. Depuis le début de l'année 2007, il a fait plusieurs victimes en Indonésie et en Égypte. Dans le même temps, il vient de contaminer des élevages de volailles en Hongrie et en Grande Bretagne. La menace d'une épidémie mondiale (ou pandémie) est toujours présente.

On peut donc, sans dramatiser, réfléchir à la façon de s'organiser le plus judicieusement possible. Dans son livre intitulé "La grippe aviaire : comment s'y préparer ?", le Dr Philippe Presles nous révèle les 8 pistes à suivre.

  • Prévoir un mois de traitement chronique à l'avance.

    En cas de traitement pour une maladie chronique (asthmatiques, diabétiques, malades cardiaques, hypertendus, etc.), prévoir un mois de traitement d'avance. En effet, les approvisionnements pourraient être temporairement perturbés. De la même façon, on peut faire tourner en réserve plusieurs boîtes de lait en poudre pour bébé.

  • Stock de paracétamol.

    Ce médicament sert à toute la famille et permettra de soigner efficacement fièvre, maux de tête et douleurs, les trois principaux symptômes du syndrome grippal.

  • Trousse de secours pour les grands voyageurs, comme les hommes d'affaires.

    Celle-ci doit comprendre du paracétamol, un traitement contre les diarrhées, le cas échéant, un antipaludéen correspondant à la zone visitée, et une boîte de Tamiflu® (antiviral efficace contre la grippe à prendre 6, 12 et jusqu'à 24 heures après les premiers symptômes de la grippe). À noter que le gouvernement a déjà prévu des stocks de Tamiflu® dans les ambassades françaises.

    PUB
    PUB

  • Vaccination contre la grippe pour les sujets fragiles.

    Dans l'éventualité où le virus de la grippe aviaire circulerait en même temps que celui de la grippe classique, mieux vaut vacciner contre la grippe au minimum toutes les personnes fragiles : personnes de plus de 65 ans, personnes atteintes du virus du sida, greffées, diabétiques, insuffisants respiratoires, asthmatiques, en cas de bronchite chronique obstructive, de mucoviscidose, insuffisants rénaux en dialyse, insuffisants cardiaques et en cas d'antécédent d'infarctus du myocarde ou d'attaque cérébrale.

  • Vaccination contre le pneumocoque pour les sujets fragiles, dont les enfants de moins de deux ans.

    Pourquoi ? Parce que la complication la plus fréquente de la grippe est la surinfection par le pneumocoque.

  • Respecter les règles d'hygiène de base.

    Grippe aviaire ou pas, les règles d'hygiène de base devraient toujours être respectées. En hiver particulièrement, elles permettent de se protéger efficacement contre les diverses infections virales et bactériennes : lavage des mains en sortant des toilettes, après s'être mouché, avant de préparer les repas ou de s'occuper d'un bébé, utilisation de mouchoirs jetables, ne pas cracher, mettre sa main devant sa bouche si l'on tousse ou éternue, ne pas embrasser ni serrer la main lorsqu'on est enrhumé et porter un masque type FFP2, et éviter de rendre visite aux personnes âgées, malades, aux mamans de bébé de moins d'un an, aux femmes enceintes.

  • Ne pas attraper la grippe.

    En période de pandémie, c'est le but ultime. Tout retour à la maison devra donc être précédé de mesures d'hygiène et il faut être capable de reconnaître les tout premiers signes de la grippe. Le signal le plus caractéristique est la brutalité d'apparition des symptômes et leur intensité : fièvre supérieure à 38,5°C et frissons, toux, grande faiblesse, maux de tête, courbatures, etc.

    L'objectif : isoler le malade, ne pas contaminer le reste de la famille, prendre immédiatement contact avec son médecin traitant, bénéficier le plus rapidement possible du Tamiflu®, car plus ce traitement est administré précocement, plus il est efficace.

  • Prévoir une réduction des transports et le télétravail.

    Si prendre un abonnement Internet chez vous fait partie de vos projets, lancez-vous maintenant, ce mode de communication, de services et de travail, peut se révéler utile en cas de réduction des transports et de fermeture de certaines sociétés, entreprises, écoles et autres administrations.

Publié le 05 Février 2007
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : "La grippe aviaire : comment s'y préparer ?" Dr Philippe Presles, éditions Jacob-Duvernet, janvier 2007.