Grippe aviaire : faut-il confiner les chats ?

Les chats domestiques ou sauvages peuvent-ils être infectés par le virus H5N1 de la grippe aviaire ? Selon les spécialistes qui se sont penchés sur cette question, c'est exact, et ces animaux devraient donc désormais, dans la mesure du possible, être confinés dans les régions où le virus H5N1 circule.
Publicité

Le virus H5N1 de la grippe aviaire est transmissible aux chats

Plusieurs cas de félins dont la mort a été attribuée au virus H5N1 ont été rapportés en Thaïlande. C'était le cas en 2003 de deux tigres et de deux léopards dans un zoo, lesquels avaient dévoré des carcasses de poulets appartenant à un élevage décimé par la grippe aviaire.

Un peu plus tard, toujours dans un autre zoo, plus d'une centaine de grands fauves nourris aussi de carcasses de poulets ont été retrouvés morts ou sacrifiés par les vétérinaires.

En février 2004, dans la banlieue de Bangkok, 14 chats sont rapidement décédés, l'autopsie de certains montrant bien la présence du virus H5N1.Plus récemment, des cas d'infections fatales de la grippe aviaire, chez des félins ont aussi été décrits en Indonésie et en Irak, et enfin en Allemagne. Les expérimentations d'une équipe de chercheurs néerlandais ont montré que les félins pouvaient excréter le H5N1, alors retrouvé dans leurs sécrétions respiratoires ou leurs selles. Mais aussi, en contact avec des chats malades, le taux de contamination de félins initialement sains est important.

Publicité
Publicité

Grippe aviaire : les chats peuvent-ils contribuer à une éventuelle épidémie humaine ?

Le virus de la grippe aviaire passe donc d'un félin à un autre. Peut-il passer du chat à l'homme ? Selon un communiqué de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) du 28 février 2006, « il n'existe à présent aucune preuve du rôle possible des chats domestiques dans la transmission du virus de la grippe aviaire ».

Et effectivement, l'infection des chats par la grippe aviaire n'a à ce jour pas modifié l'épidémie de la maladie et n'a pas engendré de mutation du virus majorant le risque d'épidémie.

C'est bien dans cette dernière direction que les craintes se portent. En effet, au-delà du rôle possible des félins dans la transmission du virus de la grippe aviaire à d'autres espèces, on se demande si l'infection des chats domestiques ne pourrait pas augmenter le risque d'adaptation du virus H5N1 à l'homme et donc de pandémie humaine.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 18 Avril 2006 : 02h00
Source : Nature, 440 : 741-2, 2006.