Maladie des poumons : la définition du pneumothorax

© Istock
Un pneumothorax désigne une pathologie affectant la cavité pleurale qui se remplit d’air, entraînant un décollement du poumon qui finit par se rétracter sur lui-même dans les cas les plus sévères. Il survient principalement chez les hommes jeunes à la silhouette longiligne. Tour d’horizon sur cette maladie des poumons.
PUB

Pneumothorax : de l’air dans la cavité pleurale

La plèvre est sorte d’enveloppe entourant les poumons qui comporte deux feuillets. Le premier tapisse l’intérieur de la paroi thoracique et le second recouvre le poumon. La cavité pleurale représente l’écart entre ces deux feuillets. Elle contient un film liquidien qui permet de réduire les frottements entre le poumon et la paroi à chacun de nos mouvements respiratoires. Le pneumothorax traduit donc une présence anormale d’air dans cet espace pleural. C’est une pathologie relativement fréquente, mais qui peut représenter une détresse vitale dans les cas les plus graves.

Pneumothorax : des causes multiples

Un pneumothorax peut survenir chez les personnes sujettes à des maladies pulmonaires chroniques comme l’asthme, la broncho-pneumonie chronique obstructive (BPCO) ou des infections comme la tuberculose. Cela dit, il est le plus souvent dit « spontan頻 et intervient chez les hommes jeunes (moins de 40 ans) sans cause réelle. Il serait la conséquence de rupture de petites bulles d’air présentes en bordure des poumons qui éclateraient dans la cavité pleurale. Ce type de pneumothorax primaire touche principalement les sujets grands et fins avec un thorax étroit. Le tabagisme reste un facteur de risque important. Enfin, il existe aussi des causes traumatiques à la survenue d’un pneumothorax comme une fracture des côtes.

PUB
PUB

Signes du pneumothorax : douleur vive et difficulté respiratoire au premier plan

Lorsqu’il est unilatéral, le pneumothorax occasionne une douleur aiguë – dite en « coup de poignard » – située d’un seul côté du thorax. Elle peut être augmentée par la toux et se faire ressentir même en dehors de tout effort. Un essoufflement peut parfois survenir, voire une suffocation dans les cas les plus sérieux. Les difficultés respiratoires sont les premiers signes de gravité. Le pneumothorax bilatéral reste, quant à lui, une situation exceptionnelle qui doit être prise en charge en urgence.

Des traitements adaptés en fonction de la gravité du pneumothorax

Le traitement du pneumothorax consiste à évacuer l’air présent dans la cavité pleurale. Mais les techniques utilisées diffèrent selon sa gravité. Un pneumothorax spontané léger chez un sujet jeune peut conduire à une abstention thérapeutique. La prise d’antalgiques et du repos sans mouvement brusque seront préconisés. Un contrôle radiographique reste cependant nécessaire. En cas d’atteinte plus grave, le recours à l’exsufflation est courant. Celle-ci est effectuée sous anesthésie locale et permet de retirer l’air à l’aide d’une seringue ou d’un petit cathéter. Enfin, face à un pneumothorax grave et complet, le drainage reste le meilleur moyen de retirer l’air de l’espace pleural. Il consiste à introduire un tuyau de petit diamètre entre deux côtes, relié à un système d’aspiration continue. Le patient est anesthésié localement et reste sous surveillance durant plusieurs jours.

Publié le 17 Novembre 2018
Auteur(s) : La Rédaction E-Santé