Mais pourquoi mon enfant n'est-il toujours pas propre ?

Trois pas en avant, trois pas en arrière… l'apprentissage de la propreté se fait rarement sans accrocs. Mais que cachent ces petites régressions et comment les dépasser ?

Publicité

Il refuse le pot

Il assure dans les escaliers, en descendant debout comme un grand ? Ses muscles sont donc prêts à retenir et pousser, pourtant il ne veut pas aller sur le pot. Comme l'expliquait la psychanalyste Francoise Dolto, pour devenir propre, outre la capacité physiologique, il faut une certaine maturité psychologique. L'enfant doit en comprendre l'intérêt et en exprimer le désir. De plus, l'apprentissage doit se faire en douceur et par étapes.Agir : Apprivoiser le pot est important pour ne pas le rejeter. S'y asseoir habillé, pour s'amuser, pour avoir l'air d'un grand, puis pour essayer. Lorsque la température s'y prête, retirer complètement les couches permet à l'enfant de sentir l'écoulement et de comprendre l'intérêt du pot. Accompagner ses tentatives par des félicitations, et accepter ses accidents lui permettra d'appréhender la propreté avec sérénité.

Publicité
Publicité

Il a peur de faire caca

Certains enfants préfèrent remettre la couche pour faire caca dedans. Seules les selles leur posent problème. Il arrive que certains se constipent à force de se retenir. Cette appréhension s'explique, selon la psychologue Anne Bacus, par une mauvaise compréhension de ce qui se passe sur le plan physiologique. Une peur de l'inconnu qui nécessite un accompagnement adapté.Agir : La psychothérapeute conseille d'expliquer aux enfants ce qui se passe dans leur corps : " Ils doivent comprendre que les selles ne sont pas une partie d'eux-mêmes qui se décroche et qu'ils perdent. " Cette angoisse décrite par Freud finit par céder avec les mots et les attitudes rassurantes des parents.

Publié par Théa Martel le Lundi 20 Octobre 2008 : 02h00
Mis à jour le Mardi 19 Novembre 2013 : 09h44
Source : Psychoenfants, octobre 2008.
PUB