L’épilation du maillot augmente les risques d’infections vaginales

S’épiler le maillot est un geste beauté courant... mais il n’est pas sans conséquence. Plus de 9 femmes sur 10 qui le font, reconnaissent souffrir ensuite de démangeaisons, d'irritations ou même d’infections vaginales.
© Istock

Selon une enquête OpinionWay pour Saforelle, réalisée auprès de 1 200 femmes et de 200 gynécologues, trois femmes sur 4 s'épilent le maillot. La majorité des personnes interrogées assurent avoir recours à cette méthode pour leur propre confort (65%) ou pour des raisons d’hygiène (56%).

Mais ce geste également esthétique pour 41% d’entre elles, n’est pas sans conséquence. Les poils pubiens servent de barrière protectrice pour la flore vaginale et préserver la vulve des infections.

9 femmes sur 10 ont des problèmes intimes après une épilation du maillot

Élaguer sa toison intime n’est pas sans risque en effet sur la santé. 92% des femmes sondées ont constaté à leurs dépens que plus la zone d'épilation est grande, plus les risques de souffrir de désagrément comme les irritations et les démangeaisons sont importantes.

Les professionnels de la santé font un constat similaire. Près d’un gynécologue sur deux constate une hausse des problèmes liées à une épilation intégrale ou semi-intégrale. Les pathologies vont des plus bénignes comme les poils incarnés aux plus gênantes et inquiétantes comme les démangeaisons et les infections vaginales (mycoses, vaginose, vaginite…).

60% des femmes n’osent pas parler de leurs problèmes

Ces problèmes intimes sont d'autant plus préoccupants que 60% des femmes épilées souffrant de ces troubles n’osent pas aborder le sujet avec un professionnel. 

Sans l’aide d’un gynécologue ou d’une esthéticienne, une sondée sur trois n’a pas de solution face aux irritations et autres infections intimes provoquées par l'épilation.

Épilation intégrale : un danger pour la vulve

Vouloir faire place net au niveau du pubis n’est pas sans risque que cela soit au rasoir, à la cire ou la crème dépilatoire. Quelle que soit la méthode choisie, l’épilation de cette zone intime peut être à l’origine d’irritations, d’allergies, et même d’infections si cela crée de petites plaies. Les risques sont encore plus importants si les poils de la vulve sont aussi retirés. 

Que se passe-t-il quand on arrache les poils ?

Lorsqu’on arrache un poil, la glande sébacée qui lui est attachée, est également détruite. Cette dernière produit le sébum, une substance lipidique formée de graisses destinées à protéger la peau et la garde souple. 

Sans glande sébacée, la peau épilée ne peut plus compter sur ce fluide protecteur. L'eau qui remonte à sa surface, s'évapore très rapidement. La peau devient sèche et irritable, très fragile.

C’est pourquoi la vulve des femmes qui pratiquent l'épilation intégrale, est plus fragile. Elle peut s’irriter ainsi plus facilement au contact ou au frottement des dessous (surtout synthétiques), des jeans serrés ou encore des protège-slips

En l’absence des poils qui forment une barrière protectrice naturelle, la muqueuse est moins bien protégée. Les femmes épilées ont donc plus de risques de souffrir de mycoses ou infections vulvaires. Par ailleurs, des études américaines ont montré que celles ayant opté pour une épilation intégrale étaient aussi plus susceptibles d’attraper une infection sexuellement transmissible.

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La rédaction vous recommande sur Amazon :