La dépendance affective, une source de souffrance majeure

La dépendance affective est présente chez de nombreuses personnes et cause une grande souffrance intérieure. C’est une insécurité affective qui se traduit par des relations malsaines, des comportements excessifs et une source de malheur certaine. Pour vaincre la dépendance affective, des thérapies ont été créées comme la thérapie du message.
© Service de presse
Sommaire

Qu’est-ce que la dépendance affective ?

La dépendance affective se caractérise par le fait que l’amour et l’estime de soi d’une personne, dépend de facteurs extérieurs. La personne dépendante a besoin de combler ses manques. Cela peut toucher tous les domaines. Que ce soit au travail, par sa position sociale, par l’acquisition de biens matériels… C’est une recherche perpétuelle à l’extérieur pour atténuer le vide intérieur. Évidemment, cette recherche ne se termine jamais, la personne n’est jamais pleinement satisfaite. 

Le dépendant affectif a très peu d’estime de soi et de confiance en sa personne. C’est pourquoi il demande et a besoin de marques d’attention et d’affection très régulièrement. Il devient comme esclave de sa demande envers l’autre et cela présente des conséquences néfastes à la relation avec l’autre. Peu importe la réaction en face de lui et l’amour qu’il reçoit, le dépendant affectif est rempli d’un vide et d’une angoisse permanente qui ne disparaissent pas. C’est comme s'il vivait pour l’autre et non pas pour lui-même, il s’oublie de peur d’être abandonné. 

La relation qui s’installe avec un dépendant affectif n’est pas de tout repos. Les moments alternent entre souffrances et plaisirs intenses. Il arrive que la personne ressente de l’espoir, qu’elle croit que ses besoins vont être comblés, mais cela ne dure pas et une crise apparaît. Son besoin d’amour et de valorisation ne le lâche ainsi jamais, sa vie est remplie d’insatisfactions, d’attentes envers ses proches qui ne sont pas satisfaites. Il est aussi difficile pour la personne de ne pas être touchée par des critiques négatives. Elle a aussi du mal à communiquer de la bonne manière ce qu’elle ressent.

Comment naît cette dépendance affective ?

Il existe plusieurs causes à la naissance d’une dépendance affective. Dans beaucoup de cas, les personnes qui en souffrent, ont été marquées par un manque d’amour et d’attention quand elles étaient petites. Généralement, la cause provient d’un dysfonctionnement dans le milieu familial, mais elle peut aussi provenir d’autre part. Par exemple un traumatisme, une intimidation importante vécue à l’école. 

L’enfant grandit avec une peur constante de l’abandon, un sentiment de valeur personnelle au plus bas et finit par s’adapter en permanence aux autres.

En grandissant, le dépendant affectif n’a pas confiance en lui et a constamment peur de perdre l’autre. Cela provient de son enfance pendant laquelle il a eu le sentiment de ne pas mériter d’amour. Donc pour une personne en couple, elle aura forcément peur et sera angoissée de se voir quitté par l’autre et ne plus être aimée. 

Ce processus est inconscient, la personne remet dans son présent la relation dévalorisante de son enfance. Cela le conduit à reproduire des relations douloureuses. Cependant, le dépendant affectif comme son nom l’indique est dépendant de l’autre, il n’arrive pas à rompre avec l’autre. Même s’il souffre, s’il est frustré dans sa relation, il ne parvient pas à se détacher de l’autre (que ce soit en couple, en famille, ou en amitié) car aucun besoin n’est comblé.

Comment savoir si nous sommes atteints de dépendance affective ?

Contrairement à certaines pathologies, le dépendant affectif subit les effets de son mal et en a très souvent conscience, car cela le rend malheureux. Il est possible de reconnaître un dépendant affectif par son caractère demandeur et intrusif. Il est par ailleurs capable d’harceler son entourage. Nous pouvons reconnaître un dépendant affectif à son besoin incessant d’être rassuré et valorisé.

Une personne dépendante ne se sent pas aimée ou appréciée pour ce qu’elle est vraiment. Cela peut être difficile à admettre, d’être atteint de dépendance affective. Cependant, très souvent la personne se rend compte qu’il y a quelque chose qui ne va pas en elle lié à sa souffrance.

La personne a beaucoup de mal à être elle-même et sait au fond d’elle que l’image qu’elle renvoie d’elle aux autres est fausse. Il y a un grand décalage entre ses deux personnalités, publique et intime. Le dépendant affectif ne cesse de s’adapter aux autres, et donc de se contrôler, ce qui est très fatiguant d’un point de vue émotionnel et mental. Cette douleur porte la personne à accepter la maltraitance psychologique, étant donné qu’elle ne veut pas se faire rejeter, amoureusement ou amicalement. 

Le caractère du dépendant affectif se repère par sa colère, sa nervosité profonde qui resurgit quand il ne reçoit pas d’amour et qu’ils sacrifient beaucoup dans ce sens. Ce sont des personnes qui ne s’expriment pas réellement avec les autres, ainsi elles connaissent des crises explosives à force d’intérioriser pour ne pas décevoir l’autre. Ces crises sont très impressionnantes et peuvent survenir au moindre petit événement à n’importe quel moment. Si vous désirez plus d'informations sur les critères du dépendant affectif, consultez ce site

Voici quelques signes présents chez le dépendant affectif : 

  • Une difficulté certaine à se séparer
  • Une tendance à demander constamment l’avis de l’autre
  • Une difficulté à prendre une décision tout seul
  • Une sollicitation permanente d’affection
  • Un besoin d’approbation constant
  • Capacité à tolérer des choses graves, comme l’humiliation, les violences
  • Un besoin de proximité, relation à caractère fusionnel
  • Être toujours en train de solliciter l’autre de manière intense
  • Une certaine habitude à négliger les autres relations
  • Une faible valeur personnelle, peu d’affirmation de soi
  • Impossibilité d’imaginer une vie sans le partenaire
  • Insatisfaction permanente, même avec les attentions de l’autre
  • Subit mais aussi provoque le chantage affectif
  • Préoccupations exagérées à propos de la relation

Soigner la dépendance affective, la thérapie par message

Heureusement, la dépendance affective se soigne, elle n’est pas irréversible. Pour cela, il faut dans un premier temps que la personne accepte et reconnaisse sa pathologie. Grâce à différentes formes de thérapie, le handicap mental de la personne peut disparaître, mais cela demande du temps et de l’investissement. 

Chaque thérapie ramène l’unicité de la personne, lui rappelle sa valeur personnelle et lui réapprend à s’aimer soi-même. De cette manière, la personne saura gérer son angoisse, être heureuse sans dépendre de l’affection des autres et ne plus étouffer ses proches pour son besoin d’amour, car elle l’aura retrouvé. 

Il existe la thérapie cognitive et comportementale (TCC), qui via un protocole d’auto-observation, permet à la personne de comprendre ses fonctionnements et désordres affectifs. La thérapie interpersonnelle (TIC) quant à elle, est une thérapie brève et organisée qui se focalise plus sur la dynamique des liens du patient. Enfin, il existe également une thérapie par message, appelée thérapie psychodynamique, qui permet de trouver l’origine de la blessure déclenchant la dépendance affective, de se défaire de la peur de l’abandon, et ainsi retrouver la liberté. 

Cette thérapie par message s’effectue par la parole. Le thérapeute trouve avec son patient, les processus qu'il a mis en place pour éviter de souffrir, mais aussi les mécanismes psychiques inconscients à l’origine des processus. 

Avec la thérapie par message, l’objectif est d’arriver à résoudre les conflits internes du dépendant affectif et le transformer radicalement, par la libération de la parole. Grâce à cela, la personne peut combattre sa dépendance affective, en agissant directement les causes développementales de cette insécurité.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :