Je n’ai pas peur de monter à cheval
Sommaire

Je travaille quels muscles ?

L’équitation ne fait pas appel à la force mais à un certain tonus musculaire.

Le trot enlevé et le galop en suspension sollicitent principalement les abdos, les dorsaux et les adducteurs.

Pour contribuer à asseoir son assiette, épouser les mouvements du cheval, les fessiers travaillent également. Vous devez accompagner votre monture tout en gardant le contrôle. Vous ne gagnerez pas en volume mais en gainage postural.

Je vais devoir apprendre ?

Le cavalier n’est pas un passager clandestin !

Fait de chair, chargé d’émotions, doté d’une personnalité… il y a beaucoup de paramètres à prendre en considération chez le cheval.

Le résultat dépend de son humeur, de sa forme, de l’environnement dans lequel il évolue, s’il se trouve en confiance. Il y a une remise en question permanente et totale. Il ne suffit pas de faire le bon mouvement. C’est un art qui ne s’acquière pas en trois leçons. L’habitude, le temps, les heures, les mois passés à cheval… forgent un bon cavalier.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Mots-clés : Equitation, Cheval, Sport
Source : "Je n’ai pas peur de monter à cheval", un article issu du magazine Bien-Etre & Santé n° 311 de mai 2014