Interview : pas d'enfant au soleil !
Sommaire

e-sante : Y-a-t-il d'autres préjugés comme celui de croire qu'une peau bronzée (par des UV avant de partir en vacances par exemple) est moins vulnérable ?

Pr Jean-François Doré : Oui, malheureusement. Si nous savons qu'un coup de soleil est une brûlure, nous ignorons que la coloration de la peau est le résultat d'une défense des cellules, une réaction face à une agression extérieure. Il n'y a donc pas de bronzage sans danger. Le bronzage est déjà un signe de dégât (qui génère ensuite le vieillissement cutané prématuré par exemple).Un autre préjugé : nous laissons les enfants jouer dehors au soleil faiblement vêtus, recouverts d'écran total de fort indice. C'est une erreur de croire qu'ils sont protégés. La peau est fragile, c'est un organe qu'il faut préserver car il joue un rôle fondamental de barrière. Plus on s'expose aux rayons et plus tôt on le fait durant l'enfance, plus on accroît le risque de cancers à l'avenir.Enfin, les gens pensent qu'en restant trois heures au soleil, aux heures les plus chaudes de la journée, ils seront trois fois plus bronzés. C'est faux ! Il faut trois jours pour établir un bronzage et les doses d'ultraviolets solaires nécessaires sont faibles : au bout de trois jours, on bronze de la même manière, que l'on se soit mis au soleil à l'heure du déjeuner ou que l'on se soit exposé uniquement le matin et le soir

* Le Professeur Jean-François Doré, Directeur de recherche à l'INSERM et spécialiste des effets du soleil, s'est mobilisé en juin 2003 aux côtés des centres E.Leclerc dans une campagne de sensibilisation à la prévention solaire infantile.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :