Interview : Les multiples visages de la dépression

La dépression représente la quatrième cause mondiale de handicap et la deuxième dans les pays développés. Dominique Barbier, Psychiatre des Hôpitaux et Psychanalyste, vient de publier un ouvrage abordant la maladie dépressive, sous ses différents aspects et à tout âge. A cette occasion, nous l'avons interrogé afin de mieux comprendre cette pathologie qui affecte autant le patient que son entourage.
PUB

e-sante : Pourquoi une telle sous-estimation et une telle sous-prise en charge de la dépression ?

Dr Dominique Barbier : Tout d'abord parce que la maladie dépressive est encore difficilement avouable. Dans un monde où seuls triomphent les gagneurs, il n'est pas aisé d'expliquer qu'on « flanche », qu'on a une baisse de ses capacités, bref que l'on devient moins performant. D'un certain côté, la dépression est vécue comme une faiblesse et notre monde actuel ne supporte pas les faibles. Ensuite, parce qu'il existe des masques à la dépression : l'alcoolisme, certaines formes de toxicomanie, les troubles du sommeil, des symptômes physiques dont l'existence réelle ne peut être constatée cliniquement comme une lassitude, des maux de têtes, des douleurs articulaires, comme les « mal de dos », des troubles de la mémoire, etc. Ce qui égare le diagnostic, alors qu'il faudrait penser à une dépression. Enfin, parce qu'il y a des zones où la frontière n'est pas évidente : comme le syndrome de fatigue chronique, le deuil pathologique, l'épuisement professionnel. Dans ces cas-là, le diagnostic n'est pas évident à faire.

PUB
PUB

e-sante : Vous dites qu'il n'existe pas une dépression mais des dépressions, pourriez-vous préciser ?

Dr Dominique Barbier : Parmi la vingtaine de tableaux dépressifs décrits, il y a par exemple les dépressions saisonnières (elles surviennent l'hiver et disparaissent lorsque revient le soleil), les maladies maniaco-dépressives (qui se caractérisent par une alternance de phases d'agitation - la manie - suivies de périodes dépressives), les dépressions hostiles, les dépressions réactionnelles pour lesquelles on peut très bien repérer le ou les facteurs qui en sont l'une des causes. Pour ne citer que quelques formes de maladies dépressives sans, bien sûr épuiser le débat.

Publié le 07 Mai 2003
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr