Les inquiétantes bactéries multi-résistantes aux antibiotiques

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 02 Décembre 2013 : 10h32
Mis à jour le Lundi 23 Décembre 2013 : 09h56

Le constat de l’émergence des bactéries multi-résistantes aux antibiotiques (BMR) fait froid dans le dos.

Cela rappelle le temps d’avant-guerre où nous ne disposions pas d’antibiotiques et où l’on pouvait mourir de toutes sortes d’infections bactériennes.

Ces bactéries sont des mutantes qui ont été sélectionnées par un usage systématique aux antibiotiques.

Publicité

Quand vous entendez parler de nouvelles bactéries avec des noms bizarres évoquant des antibiotiques, c’est qu’il s’agit de BMR ou bactéries multi-résistantes :

  • Il en est ainsi du SRAM ou Staphylococcus résistant à la méticilline.
  • Ou encore des entérobactéries sécrétrices de BLSE ou Bêtalactamases à spectres élargis, c’est-à-dire résistantes aux céphalosporines.

Ces Entérobactéries BLSE (des formes résistantes d’Escherichia Coli ou de Klebsiella pneumoniae) sont très redoutables et commencent à provoquer des décès en France.

Une surconsommation d’antibiotiques redoutable

Leur essor est dû à la surconsommation d’antibiotiques qui favorise la sélection des bactéries résistantes.

En effet, à chaque fois que nous prenons un antibiotique, nous « tuons » les bactéries sur lesquelles il est efficace et c’est ainsi que les bactéries résistantes n’ont plus de concurrence face à elles. Elles se développent alors plus facilement. Ce problème concerne tous les pays à l’échelle de la planète et à chaque fois qu’on découvre un malade affecté par une telle bactérie, on doit organiser un isolement spécifique autour de lui.

Publicité
Publicité

Il est en effet essentiel d’empêcher toute contagion.

Certaines bactéries sont tellement redoutables que lorsqu’elles sont découvertes on doit attribuer au malade une équipe spécifique qui ne s’occupe que de lui, de manière à protéger les autres malades de l’hôpital.

Tous les antibiotiques comptent, même ceux des animaux

Le problème est d’autant plus difficile à résoudre que les médecins ne sont pas les seuls prescripteurs d’antibiotiques, et il faut aussi comptabiliser les prescriptions des vétérinaires aux animaux d’élevage que nous mangeons ensuite. Nous pouvons ainsi prendre tous les jours des antibiotiques sans le savoir…

Dans ce contexte, le monde hospitalier s’organise et l’on intensifie la lutte contre les maladies nosocomiales. Les médecins hygiénistes se voient également attribuer le rôle d’encadrer la prescription des antibiotiques dans les services. Ces traitements ne doivent pas être trop courts, car alors inefficaces, ni trop longs, car ils détruisent alors toute la flore bactérienne, notamment intestinale, et sélectionnent les BMR. Les hôpitaux organisent des plans d’isolement de certains secteurs au cas où.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 02 Décembre 2013 : 10h32
Mis à jour le Lundi 23 Décembre 2013 : 09h56
PUB
PUB