Infertilité, mommy brain... Anne Hathaway se confie sur sa 2e grossesse

Publié le 31 Juillet 2019 à 10h14 par Sophie Raffin, journaliste santé
Anne Hathaway, 36 ans, attend son deuxième enfant. Toutefois, lors de l'annonce de l'heureux événement, l'actrice américaine a surtout eu une pensée pour toutes les femmes qui - comme elle - connaissent les affres de l'infertilité. Elle a aussi reconnu avoir le syndrome du “mommy brain”.
© abacapress

Anne Hathaway et son mari vont avoir un deuxième enfant. L'actrice oscarisée pour son rôle de Fantine dans Les Misérables en 2013 a dévoilé son ventre arrondi sur son compte Instagram le 25 juillet 2019 avec la légende "Ce n’est pas pour un film #2". Néanmoins, l'Américaine de 36 ans a fait face à de nombreuses difficultés pour connaître ce nouveau bonheur.

Infertilité : une pensée pour les couples en difficulté

Ainsi, Anne Hathaway ne se contente pas de se réjouir de sa grossesse. Elle a aussi eu une pensée pour les couples qui ont du mal à avoir un enfant. Elle a écrit "Toutes blagues mises à part, pour tous ceux qui ont des problèmes d’infertilité ou qui ont du mal à concevoir, sachez que ça n’a pas été une ligne droite, pour aucune de mes deux grossesses. Je vous envoie plein d'amour".

Les mots de la star ont touché de nombreux internautes. Parmi les nombreux messages de félicitations, on peut lire les témoignages de femmes qui comme l'actrice ont des difficultés pour tomber enceinte. Une follower répond "Félicitations, c'est merveilleux ! ! Merci pour les aimables paroles... Mon mari et moi venons de perdre un bébé... j'ai de l'endométriose. C'est difficile, mais c'est réconfortant de se sentir moins seuls... Tu me donnes l'impression que c'est possible". Une autre ajoute de son côté : "félicitations et merci d'avoir partagé ton histoire ! Cela signifie beaucoup".

Infertilité : mettre fin au silence

Après cette annonce, l'actrice qui fait actuellement la promotion de sa nouvelle série "Modern Love" diffusée sur Amazon Prime Video à compter du 18 octobre 2019, s'est confiée sur sa grossesse au site ET. Elle a expliqué "je suis vraiment heureuse. C'est quelque chose que j’attendais depuis un moment et je suis vraiment heureuse que cela arrive".

Revenant sur son message sur le célèbre réseau social, elle a ensuite ajouté "Je pense qu'il y a un silence autour des moments avant cela et ils ne sont pas tous heureux. En fait, beaucoup d'entre eux sont très douloureux. Je pense que cette douleur vient du fait que ces femmes se sentent seules et pensent qu'elles sont les seules à traverser cette épreuve".

Elle reconnaît ensuite "Je savais que quelque part mon annonce allait faire que quelqu'un se sente encore plus mal car – et ce n'est pas sa faute car cela arrive – vous ne pouvez pas vous en empêcher quand vous voulez quelques choses aussi fort. Vous avez l'impression que cela arrive à tout le monde sauf à vous". Elle conclut "je voulais simplement que cette personne sache qu'elle est aussi incluse dans mon histoire et que mon histoire n'a pas que des moments heureux". 

Anne Hathaway, atteinte aussi du "mommy brain"

L'actrice ne cache rien sur sa grossesse. Après avoir évoqué ses difficultés pour tomber enceinte, elle a reconnu lors du TCA Summer Press Tour à Los Angeles ne plus être tout à fait elle-même depuis sa grossesse. La comédienne souffre du syndrome de "Mommy Brain". Elle a confié "Je ne me souviens pas de ce que je dis d’une minute à l’autre".

Toutefois, heureusement pour elle, ce "ralentissement" du cerveau ne touche pas "tous les aspects" de sa vie. Elle a expliqué "Je peux me concentrer sur certaines choses qui vont bien, mais il y a certaines choses que mon cerveau ne fait que survoler. Cela m’empêche d’imaginer des directions, donc si vous décrivez quelque chose, des formes ou que vous épelez quelque chose, je peux ne pas comprendre… Et certains mots me sont difficiles à me rappeler. De plus, j’ai le sentiment que je suis très pénible pour les gens".

Anne Hathaway : qu'est-ce que le mommy brain ?

Quatre femmes enceintes sur 5 se plaignent d'avoir des trous de mémoire ou des problèmes de concentration pendant leur grossesse. Et ce ressenti semble confirmer par de nombreuses études. Des scientifiques australiens qui ont analysé les résultats de 20 recherches sur les fonctions cognitives des futures mamans confirment l'existence du "baby brain". Les femmes enceintes ont obtenu de moins bons scores aux tests évaluant les capacités d'attention, de planification ou encore de prises de décision que les participantes qui n'attendent pas d'enfant.

Le premier trimestre serait la période la plus critique en termes de pertes des fonctions cognitives. Le déclin se stabiliserait ensuite. Les chercheurs de cette méta-analyse réalisée en 2018, précisent que malgré ce “trouble”, les femmes restent performantes dans leur vie quotidienne et leur travail. Cet affaiblissement des fonctions cognitives est généralement uniquement perçu par les futures mamans ou leur entourage très proche.

Les causes du “mommy brain” n'ont pas été déterminées précisément. Néanmoins, cet état pourrait provenir d'une réduction de la matière grise dans des régions du cerveau connues pour jouer un rôle dans le traitement des informations sociales ou encore de la mémoire. Les changements hormonaux, les perturbations du cycle du sommeil, le stress et les nausées matinales pourraient aussi être impliqués dans la baisse de régime du cerveau observé.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La rédaction vous recommande sur Amazon :