Infections sexuellement transmissibles : informez-vous avant !

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 18 Juillet 2008 : 02h00
Mis à jour le Lundi 21 Juillet 2008 : 02h00

Soyez informé pour mieux vous protéger contre les infections sexuellement transmissibles ou mettre les autres au courant, vos amis, vos enfants devenus adolescents…

© Istock
PUB

1) Une personne qui a un bouton de fièvre peut transmettre un herpès génital à son partenaire :Oui mais uniquement pendant la période de contagion du bouton de fièvre.Non, en aucun cas. Classiquement, le bouton de fièvre est dû à l'herpès simplex virus de type 1 (HSV 1) et l'herpès génital au HSV 2. Toutefois, un HSV1 peut donner un HSV2 et vice versa. C'est ainsi qu'un partenaire qui présente un bouton de fièvre peut transmettre un herpès génital, et inversement.2) La pilule du lendemain est gratuite : Pour tout le monde.Uniquement pour les mineures. La contraception d'urgence est disponible en pharmacie sans ordonnance.Elle est délivrée gratuitement uniquement aux mineurs. Elle est payante pour les majeurs et remboursée par l'Assurance Maladie à 65% sur prescription médicale.3) Le préservatif et les papillomavirus, famille de virus impliqués dans le cancer du col de l'utérus : Le préservatif ne protège pas du tout des papillomavirus.Il protège un peu mais insuffisamment. Les papillomavirus ne sont pas des virus transmis par le sperme ou les sécrétions sexuelles, mais par les muqueuses. Or le préservatif n'empêchant pas les contacts entre muqueuses, il prévient très insuffisamment la transmission des papillomavirus. La seule facon de se prémunir contre les papillomavirus et de prévenir le cancer du col de l'utérus est la vaccination des jeunes filles puis la réalisation régulière de frottis.4) En cas de prise de risque, le test de dépistage du sida doit être fait :Immédiatement Trois mois plus tard.Si vous pensez avoir été exposé à un risque de contamination (rapport sexuel non protégé, rupture de préservatif, blessure avec un objet souillé de sang, partage de matériel d'injection), rendez-vous aux urgences d'un hôpital, dans un centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) ou consultez un médecin dans un délai maximum de 48 heures. Un traitement préventif pourra vous être prescrit. Sinon, dans les 15 à 90 jours après l'exposition à risque, il est possible de déceler si vous avez été ou non contaminé par le virus du sida à l'issue d'un test de dépistage.5) Certains virus sexuellement transmissibles peuvent provoquer : Un cancer. Un diabète.Les papillomavirus sont des virus à l'origine des cancers du col de l'utérus.6) La pilule du lendemain est efficace : A la seule condition d'être prise au plus tard le lendemain (dans les 24 heures pas plus).Même au-delà des 24 heures suivant le rapport sexuel à risque, ca vaut encore le coup de le prendre. Il faut savoir que l'efficacité de la pilule du lendemain (ou contraception d'urgence) n'est pas de 100%. Elle avoisine les 95% lorsqu'elle est prise dans les 24 heures puis décroît rapidement pour arriver par exemple à 45% après 72 heures. Face au risque d'une grossesse non désirée, ca vaut encore le coup de la prendre !7) Après plusieurs mois d'utilisation de préservatif avec un seul et unique partenaire, on peut arrêter le préservatif : Uniquement si l'on a confiance en son partenaire.Jamais sans avoir fait, chacun, un test de dépistage du sida. On peut être porteur du virus du sida, sans le savoir. On peut également sous-estimer ses prises de risque. Ce n'est donc pas une question de faire confiance ou pas. Il n'est pas question d'arrêter le préservatif (qui est le seul et l'unique moyen de se prémunir contre cette maladie extrêmement grave) sans que chacun des partenaires ait fait un test de dépistage du virus du sida. Ensuite, chaque partenaire montre son résultat à l'autre.8) Les papillomavirus peuvent aussi déclencher des pathologies chez l'homme comme :Des verrues génitales (condylomes). Un cancer des testicules. Les papillomavirus ne sont pas seulement responsables du cancer du col de l'utérus. Chez la femme comme chez l'homme, ils peuvent provoquer sur les muqueuses génitales des condylomes ou crêtes de coq, sortes de petites verrues.9) Existe-t-il un traitement préventif contre le sida ?Oui à condition d'être pris dans les 48 heures suivant la prise de risque. Non, il n'existe aucun traitement qui puisse prévenir le sida. Il existe effectivement un traitement préventif à prendre dans les 48 heures suivant la prise de risque. Il permet de diminuer le risque de contamination après une exposition au virus du sida. Il se compose de plusieurs médicaments actifs contre le virus VIH et il doit être pris pendant 4 semaines.10) Lorsqu'on fait un test de dépistage du sida, le résultat est connu : Immédiatement.Dans un délai de 3 à 7 jours. Le test ne nécessite qu'une simple prise de sang, mais le résultat n'est pas immédiat. Il sera communiqué dans un délai de 3 à 7 jours, au cours d'une seconde consultation.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 18 Juillet 2008 : 02h00
Mis à jour le Lundi 21 Juillet 2008 : 02h00
PUB
PUB
A lire aussi
Sexualité estivale : la sécurité d'abord !Publié le 12/07/2011 - 12h09

Les vacances d'été sont propices aux nouvelles rencontres et cette période de détente tend plutôt à augmenter la libido. Pour ne pas garder de mauvais souvenirs, restez prudent en matière de sexualité ! Petit rappel en 10 vrai/faux sur les infections sexuellement transmissibles (IST) et les...

Sexualité estivale : la sécurité d'abord !Publié le 03/06/2006 - 00h00

Les vacances d'été sont propices aux nouvelles rencontres et cette période de détente tend plutôt à augmenter la libido. Pour ne pas garder de mauvais souvenirs, restez prudent en matière de sexualité ! Petit rappel sur les infections sexuellement transmissibles (IST) et les risques de...

Sexe oral et infections sexuellement : il n'y a pas que le sidaPublié le 14/06/2010 - 00h00

La pratique du sexe oral expose à des infections sexuellement transmissibles dont le HIV. On parle bien sûr souvent beaucoup du sida, IST la plus grave actuellement. Et pourtant, les autres infections sexuellement transmissibles posent elles aussi des problèmes...

Connaissez-vous le préservatif féminin ?Publié le 16/02/2012 - 17h30

Le principal atout du préservatif féminin ? Il permet à la femme de ne plus dépendre de son partenaire pour se prémunir des infections sexuellement transmissibles (IST), dont le VIH. Un mode de contraception qui reste pourtant peu connu...

Plus d'articles