Incontinence urinaire : la rééducation du périnée à domicile !

Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 03 Mars 2016 : 09h04
Mis à jour le Jeudi 14 Avril 2016 : 11h18

Pour la première fois, les femmes qui cherchent une rééducation du périnée (après un accouchement, après 50 ans) ont accès à une auto-rééducation à domicile sans avoir à utiliser une sonde vaginale  (Femifree). Finie la contrainte d’aller chez le praticien pour de nombreuses séances et pas de sonde vaginale pour plus confort. Que faut-il savoir sur ce nouveau dispositif de rééducation périnéale ? Le point avec le Dr David Elia*.

© Adobe Stock
PUB

Le périnée, un groupe musculaire qui s’affaiblit

Lepérinée est un groupe de muscles qui entoure de façon très intime le vagin, le rectum et l’anus, formant une sorte de plancher nommé « plancher périnéal » qui, chez la femme, soutient les organes situés au-dessus : l’utérus, la vessie, le rectum et donne son tonus à toute la région.

Dr David Elia : « Ce groupe de muscles est malmené au fil du temps et des grossesses qui entrainent des distensions importantes lors des accouchements. La tête d’un bébé mesurant 10-11 cm, toute cette structure musculaire va devoir s’écarter pour la laisser passer, expliquant pourquoi les accouchements représentent la première cause d’affaiblissement du périnée. La 2e cause est constitutionnelle : avec le temps, ces muscles se fragilisent et deviennent de plus en plus faibles. La 3e se retrouve chez les sportives de haut niveau dont la pratique impose d’importantes hyperpressions dans le ventre, propulsant le plancher pelvien vers le bas. »

PUB
PUB

Les conséquences d’un périnée fragilisé

La descente de vessie est une des conséquences de cet affaiblissement du périnée.

Les fameuses fuites d’urine à l’effort sont très fréquentes : « la vessie est un organe qui met en place un mécanisme réflexe très sophistiqué pour retenir l’urine lorsque l’on tousse ou que l’on éternue. Mais, si elle se retrouve en dehors de son enceinte de pression, elle ne réagit plus à l’hyperpression, laissant échapper des fuites d’urine à l’effort ». Ce phénomène est assez banal chez les femmes de plus de 50 ans qui ont accouché par les voies naturelles d’un ou de plusieurs enfants.

Pourquoi pas avant, dès le premier accouchement ? « Parce que les muscles sont encore jeunes, ils vont se réparer et se retendre », explique le Dr David Elia. « Ce n’est qu’ensuite, avec le vieillissement progressif des tissus, que les distensions ne sont plus corrigées ».

Il existe un autre mécanisme menant à des fuites urinaires dit d’impériosités : la vessie se comporte comme si elle avait rétréci, sa contenance n’est plus la bonne, ce qui déclenche un besoin urgentissime d’uriner pour une quantité ridicule que l’on a bien du mal à retenir. Parfois les mécanismes sont mixtes.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 03 Mars 2016 : 09h04
Mis à jour le Jeudi 14 Avril 2016 : 11h18
Source : En collaboration avec le Dr David Elia, gynécologue, rédacteur en chef du magazine GENESIS.
PUB
PUB
A lire aussi
Incontinence urinaire : rééducation à domicilePublié le 13/05/2008 - 00h00

En cas de fuites gênantes, le premier traitement proposé repose sur la rééducation périnéale. Les séances de rééducation en cas d'incontinence urinaire sont parfois complétées par une autorééducation que l'on réalise soi-même à domicile, mais qui reste encadrée par des...

Incontinence féminine : peut-on encore faire du sport ?Publié le 10/10/2016 - 08h21

De nombreux sports peuvent entrainer ou révéler une incontinence urinaire chez les femmes. Zumba, trail ou tout simplement jogging et gym, font partie des sports à risque, en raison des efforts répétés, des sauts et des pressions intra-abdominales qu’ils exercent. Faut-il abandonner le...

Plus d'articles