L'implantation cochléaire, une technique efficace qui veut se faire entendre !

A l'occasion de la Journée Nationale de l'Audition qui s'est déroulée le 16 mai 2001, l'Association Ile-de-France des implantés cochléaires a rappelé les carences et les difficultés de la France face à cette technologie. La prise en charge des surdités sévères par implants cochléaires n'avance qu'à tous petits pas. Avec 180 à 200 interventions par an, les Français se situent au 10ème rang européen. Comparativement, le Royaume-Uni ou l'Allemagne réalise entre 400 et 500 implantations annuelles.

Publicité

Pourquoi un tel retard ?

  • La méconnaissance de la technique par les malentendants concernés et leur entourage.
  • L'aspect pécuniaire. En l'absence d'accréditation pour l'implant cochléaire en France, le coût de l'intervention et de ses suites se situe autour de 210.000-230.000 francs. La plus grande partie de cette somme est représentée par l'implant lui-même, le reste couvre les frais de prise en charge, d'imagerie, de tests divers, de rééducation, ainsi que des 4 jours d'hospitalisation.
  • Les craintes des complications, que cela « ne marche pas », ou encore le droit à la différence revendiqué par le monde des sourds.

Plus de 20 centres français pratiquent cette intervention

Le nombre de médecins compétents n'est pas une limite puisque plus de 20 centres réalisent cette intervention, grâce à une équipe médicale multidisciplinaire comprenant, bien sûr un médecin et un chirurgien, mais également un phoniatre, un audioprothésiste, un orthophoniste et un psychologue.

 
Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 28 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 05 Juin 2013 : 09h53
Source : AIFIC (Association Ile-de-France des Implantés Cochléaires), 11 rue du Poirier-de-Paris, 77280 Othis, Pr Bruno Frachet, Hôpital Avicenne, Bobigny, mai 2001.