Il fait trop chaud pour faire l’amour…

Publié le 25 Août 2010 | Mis à jour le 31 Août 2010
Auteurs : Dr Philippe Presles

Les bébés naissent plus nombreux au printemps, sauf certaines années caniculaires comme en 1976, 1983 ou 2003. Moins de bébés et plus de meilleurs vins ? Les choses ne sont pas si simples depuis que la pilule permet aux femmes de planifier leurs grossesses.

PUB

Pourquoi sommes-nous plus amoureux en été ? Parce que nous avons le temps de conter musette, de faire valser les couettes ou encore de pousser la chansonnette ? Certainement et c’est l’argument avancé par certains. D’autres affirment que comme toutes les espèces, nous sommes programmés pour faire naître nos enfants au sortir de l’hiver, quand le printemps permet enfin de remanger à sa faim et de bien s’occuper de sa progéniture. Calculez : mars-avril-mai moins neuf mois = juillet-août-septembre : CQFD !

Ceci était vrai jusque dans les années 70-80, où 115 naissances étaient enregistrées au mois de mai pour 100 naissances en moyenne les autres mois. Depuis, la pilule a complètement changé la donne et tous les mois se ressemblent. Chacune programme, enfin essaye, car le bébé sur commande est de plus en plus difficile à obtenir au fur et à mesure que l’âge augmente. C’est bien simple, la fertilité chute de moitié entre le printemps bourgeonnant des 15 ans et l’été flamboyant des 30 ans. Cependant certaines y arrivent mieux que les autres, les institutrices faisant naître davantage leur descendance en mai pour ajouter leurs congés maternité aux vacances estivales. Le méga-pont en quelque sorte. Mais les institutrices savent compter, c’est bien connu.

PUB
PUB

Reste que nous sommes sensibles à la chaleur et que les années suivant les grandes canicules de 1976, 1983 ou 2003 ont vu naître moins de bébés. Il ferait donc trop chaud pour faire l’amour… Donc en combinant notre instinct d’accouplement estival pour faire naître nos bébés aux printemps, notre envie de contrôler les grossesses grâce à la contraception et le hasard des canicules, nous arrivons à la conclusion… Qu’il ne faut pas trop jouer avec le temps qui passe. Un bébé quand je veux, oui bien sûr, mais aussi quand je peux encore facilement, non ? C’est Pagnol qui disait « les enfants quand on en a ils nous rendent chèvres, et quand on n’en a pas cela nous rend folles. »

Avec ce bon sens provençal, il aurait conseillé aux hommes d’équiper leurs chambres en air conditionné. Las, il semblerait que la climatisation ne change rien à l’ardeur féminine. Heureusement qu’il reste le pastis et les glaçons…

Soumis par la Rédaction le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés