Huit personnes brûlées au troisième degré à cause d’une simple prise de sang

© Adobe Stock

11 personnes ont été brûlées, dont huit au troisième degré, dans un laboratoire d’analyse médical. Les victimes ont porté plainte et une enquête judiciaire est en cours.

PUB

Elles étaient venues pour une simple analyse de sang et sont reparties avec une brûlure au bras. L’incident s’est produit dans un laboratoire à Strasbourg, vendredi 5 et samedi 6 octobre 2018, rapporte France 3 Grand Est. 11 personnes ont ainsi été brûlées, dont huit au troisième degré. Les victimes ont porté plainte pour blessures involontaires auprès des services de police de la ville.

De la soude dans le produit désinfectant

Mais comment de telles brûlures ont-elles pu survenir ? Le produit responsable de cet accident serait le désinfectant utilisé pour nettoyer la zone ensuite piquée par la seringue. Ce désinfectant aurait été mélangé à de la soude. "C'était une brûlure de type produit chimique, une tache rouge, noirâtre selon les patients" a confié à France 3 Grand Est une biologiste travaillant au laboratoire d’analyses concerné par l’affaire. "La soude s'est trouvée dans le flacon désinfectant. Je n'ai jamais vu ça, ça fait trente ans que je travaille, ça n'était jamais arrivé." a-t-elle ajouté.

PUB
PUB

Erreur médicale ou acte de malveillance ?

Les dépôts de plainte des victimes ont déclenché une procédure judiciaire. Les policiers spécialisés dans l’atteinte aux personnes et aux biens dépêchés sur place pour cette mission doivent désormais enquêter pour déterminer s’il s’agit d’une erreur médicale ou d’un acte de malveillance. Une analyse du produit désinfectant est également en cours, rapporte France 3 Grand Est.

Risque d’infection et nécessité d’une greffe

Une brûlure au troisième degré se reconnaît par une peau d’apparence cartonnée, blanchâtre, noire ou calcinée. La zone brûlée ne présente pas d’ampoules. Ces brûlures ne causent pas de douleur car les terminaisons nerveuses sont détruites mais elles peuvent nécessiter une greffe de peau. La brûlure au deuxième degré est quant à elle caractérisée par des ampoules et une douleur intense. Les plus profondes mettent entre 15 et 20 jours à guérir et laissent une cicatrice.

Les brûlures au deuxième et au troisième degré nécessitent un traitement médical urgent. Le médecin nettoie la plaie et la recouvre d'un tulle gras et de pansements stériles. Il peut ajouter une crème antibiotique pour éviter les risques d'infection. Il s'assure également que le carnet de vaccination antitétanique est à jour. La peau doit à nouveau être nettoyée après un à trois jours pour que les tissus morts soient ôtés. Au deuxième degré, une greffe peut être nécessaire si la surface brûlée est importante. Au troisième degré, une greffe ou une chirurgie plastique seront envisagées si la plaie cicatrise mal mais aussi pour des raisons esthétiques ou fonctionnelles.

Publié le 09 Octobre 2018
Auteur(s) : Laurène Levy, journaliste santé
Source : Strasbourg : brûlées au 3e degré lors d'une prise de sang, six personnes portent plainte. France 3 Grand Est, le 8 octobre 2018, mis à jour le 9 octobre 2018

PUB
PUB

Contenus sponsorisés