Hépatite C : faites-vous dépister !

Pour la 3e année consécutive, les biologistes libéraux organisent une Journée de dépistage gratuit de l'hépatite C. Il y a urgence : 200 à 300.000 personnes sont porteuses du virus sans le savoir. Pourtant, dépisté et traité à temps, on en guérit relativement bien.
PUB

Entre 400 et 500.000 Français sont porteurs du virus de l'hépatite C, mais environ la moitié l'ignore et ne bénéficie donc pas d'une prise en charge adaptée. L'urgence du dépistage vient du fait que cette maladie peut rester longtemps silencieuse avant de se manifester par des complications : en moyenne, 20% des hépatites évoluent vers une cirrhose au bout de 20 ans et 10 à 20% en cancer après une dizaine d'année. Il est donc essentiel de traiter les sujets porteurs au plus tôt, afin d'augmenter les chances de guérison. Pour réaliser un test de dépistage, remboursé à 100%, vous pouvez vous adresser à tout médecin, appeler le numéro vert d'information Hépatites info service (0800 845 800) ou consulter le site du ministère de la santé (www.sante.gouv.fr).

PUB
PUB

Une campagne choc

Afin d'inciter au dépistage, le Ministère de la santé a de nouveau lancé une campagne qui utilise cette fois des messages radio « chocs », voire « effrayants ». Par exemple : « Avant 1992, l'hépatite C pouvait se transmettre fréquemment par une transfusion ou des produits dérivés du sang. C'est pourquoi les personnes ayant séjourné dans un service de néonatalogie avant 1992 peuvent avoir été infectées par le virus de l'hépatite C. » En effet, avant cette date, des femmes ont pu recevoir après leur accouchement des produits sanguins contaminés par le virus de l'hépatite C, tout comme le cas de personnes opérées.

De tels messages visent à faire prendre conscience au plus grand nombre du danger réel de cette maladie, que l'on sait traiter à condition de la détecter à temps. Par exemple, des médicaments comme la ribavirine ou les interférons permettent d'éviter l'évolution vers la cirrhose ou le cancer.

Publié le 08 Octobre 2002
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : www.
Voir + de sources
sante.gouv.fr