Grossesse : l'insémination artificielle
Sommaire

L'insémination artificielle en pratique

La plupart du temps, l'insémination artificielle est précédée d'une stimulation ovarienne afin d'augmenter les chances de réussite. La stimulation ovarienne permet de connaître précisément le moment idéal de l'insémination, grâce à un double suivi comprenant des échographies et des dosages hormonaux. L'insémination est réalisée 36 heures après le déclenchement de l'ovulation. Lorsqu'il s'agit du sperme du conjoint, celui-ci est prélevé le jour même (3 à 5 jours d'abstinence au préalable). Dans certains cas, on utilise aussi le sperme congelé du conjoint. On procède à une sélection des spermatozoïdes les plus " vigoureux " avant de les introduire à l'aide d'un petit cathéter relié à une seringue, dans l'utérus, par les voies naturelles.

On demande ensuite à la femme de rester allongée une trentaine de minutes.

Le taux de réussite est d'environ 10 à 15%. Le taux de jumeaux est plus important en raison de traitements inducteurs de l'ovulation.

L'insémination artificielle se réalise dans des centres habilités, elle est remboursée par la Sécurité sociale et s'adresse à des couples mariés ou concubins depuis aux moins deux ans, et ayant l'âge de procréer.

Retrouvez le goût d'apprendre ! Des milliers de cours interactifs 100% en ligne sur tous vos sujets préférés !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Philippe Merviel, "Assistance médicale à la procréation", Editions ESKA ; Jacques Lansac et Fabrice Guérif, "AMP - L'assistance médicale à la procréation en pratique", Editions Masson.