La fibromyalgie, une maladie invisible et inexpliquée
Publié le 09 Août 2005 à 2h00 par Dr Sylvie Coulomb
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La fibromyalgie se caractérise essentiellement par des douleurs diffuses, à la fois articulaires et musculaires. Il s'agit d'une maladie dont on ne connaît pas bien l'origine, ni le mécanisme. On estime que plus de trois millions de personnes souffrent de fibromyalgie en France, les femmes étant beaucoup plus souvent atteintes que les hommes. Un facteur familial a été mis en évidence car on a constaté que les filles ou soeurs de « fibromyalgiques » ont plus souvent cette maladie que les autres. Ce syndrome peut débuter à l'adolescence, mais plus souvent entre 30 et 40 ans. La fibromyalgie peut évoluer pendant des années, souvent par poussées à l'origine d'une gêne fonctionnelle plus ou moins importante.

Qu'est-ce que la fibromyalgie ?

La fibromyalgie comporte de nombreux symptômes, très variables d'une personne à l'autre, dont les principaux sont :

  • des douleurs diffuses qui touchent à la fois les articulations et les muscles. Les malades se plaignent souvent d'avoir « mal partout ». Ces douleurs sont très diverses et peuvent ressembler à des sensations de piqûres, de brûlures, de crampes... Elles augmentent généralement en intensité dans la journée et peuvent être plus importantes la nuit. Parfois, le patient signale un événement précis à l'origine du syndrome douloureux, tels un choc affectif, un stress important, des soucis professionnels ou familiaux. Très souvent, les personnes atteintes disent que ces douleurs sont incessantes et qu'elles sont volontiers augmentées par l'effort, les positions longtemps maintenues, le stress, le froid ou la fatigue. Le repos a par contre tendance à les soulager ;
  • la fatigue et le manque de sommeil sont également très souvent évoqués par les patients ;
  • les autres symptômes sont très variables : il peut s'agir de maux de tête, d'anxiété, d'irritabilité, de troubles de la concentration et de la mémoire, de troubles digestifs (colites, constipation, diarrhée...), ou encore de fourmillements des membres, de raideur musculaire, de « jambes sans repos » ;
  • et enfin, un syndrome dépressif est constaté dans environ un tiers des cas de fibromyalgie. L'état dépressif est sans doute accentué par le fait que c'est une maladie d'autant plus difficile à supporter qu'elle est chronique, d'origine inconnue, et qu'elle n'est pas facile à prendre en charge.

L'examen clinique est le plus souvent rassurant

Face à ces douleurs diffuses et d'intensité variable, le médecin recherche des signes d'atteinte articulaire ou musculaire d'origine inflammatoire, ainsi que des anomalies neurologiques. Mais l'examen clinique est le plus souvent négatif. Il met cependant en évidence, de façon caractéristique, des points douloureux à la pression, au niveau des insertions tendineuses et des muscles (cou, épaules, coudes, bassin, genoux), sans signes inflammatoires locaux.

Les examens radiologiques et biologiques sont alors nécessaires pour éliminer des pathologies ostéo-articulaires ou musculaires d'origine virale, inflammatoire, auto-immune ou métabolique.

Le diagnostic de fibromyalgie est difficile à porter en raison des nombreuses maladies qui lui ressemblent ou qui peuvent lui être associées, comme le syndrome de fatigue chronique, la spasmophilie ou même les migraines. Ce n'est qu'après élimination des autres causes possibles que l'on se tourne vers un diagnostic de fibromylagie (diagnostic d'excluion). Celui-ci repose sur les deux critères suivants :

  • Douleur diffuse évoluant depuis au moins trois mois.
  • Au moins 11 des 18 points définis sont douloureux à la pression.

Le traitement de la fibromyalgie doit être adapté à chaque cas

Il faut savoir qu'il n'est pas possible aujourd'hui de guérir cette maladie dans la mesure où ses causes demeurent inconnues. Il est par contre possible d'agir sur les différents symptômes comme le sommeil et la fatigue et surtout de soulager la douleur, par des médicaments et également des traitements non médicamenteux. Le but du traitement est de permettre au malade fibromyalgique de reprendre progressivement une activité dont le rythme et l'intensité doivent être adaptés à chaque cas. Il est également important que l'entourage soit bien informé sur cette maladie de façon à pouvoir aider positivement le malade fibromyalgique.

Le traitement contre les douleurs repose essentiellement sur le paracétamol. Les antidépresseurs agissent également sur les douleurs, mais présentent l'inconvénient de voir leurs effets s'estomper au fil des mois. C'est la raison pour laquelle ce médicament est préférentiellement prescrit pour de courtes périodes, éventuellement en alternance avec d'autres traitements. Les benzodiazépines (alprazolam, bromazépam, tetrazépam) et les myorelaxants (qui agissent au niveau des muscles) peuvent également apporter une certaine amélioration, mais ils doivent être pris pendant de courtes périodes et à faibles doses, de façon à éviter des effets négatifs sur le sommeil et la force musculaire. Les antiépileptiques peuvent aussi avoir un effet bénéfique sur les douleurs chroniques. En cas de syndrome dépressif net, un traitement antidépresseur et anxiolytique temporaire apporte un soulagement évident.

A côté des médicaments, d'autres moyens sont efficaces, comme l'acupuncture, la kinésithérapie, la balnéothérapie, la relaxation ou la sophrologie, et surtout la thérapie cognitive et comportementale. Ces techniques, qui doivent faire appel à des spécialistes, peuvent être utilisées seules ou en association avec les médicaments. Elles peuvent permettre de soulager les douleurs musculaires, la fatigue ainsi que les troubles du sommeil et de l'humeur, tout en sachant que leurs effets varient d'une personne à l'autre.

La fibromyalgie, maladie « invisible » et encore inexpliquée, fait l'objet de nombreuses recherches. De nouveaux traitements sont actuellement explorés afin de pouvoir apporter un soulagement encore plus efficace et durable des symptômes de la fibromyalgie.