Faire un bébé : quel délai après un cancer du sein ?

Le cancer du sein peut aussi toucher des femmes jeunes de moins de 40 ans. Se pose alors la question de savoir si l'on peut encore mener une grossesse après un tel cancer. La réponse est oui mais la décision se fait au cas par cas selon chaque situation. De plus, un délai est à respecter, correspondant à la période de risque de récidives.
Publicité

Cancer du sein : les femmes jeunes aussi

Le cancer du sein chez des femmes jeunes n'est pas si rare. On estime que sur 42.000 nouveaux cas de cancers du sein détectés chaque année, 10% concernent des femmes de moins de 40 ans.

Qu'en est-il de la grossesse une fois le cancer du sein soigné ? Dans cette situation particulière, la grossesse n'est pas contre-indiquée. En revanche, elle doit être réfléchie et programmée.

Le moment idéal pour mener une grossesse se situe tout simplement après le risque le plus élevé de récidives. En effet, il faut éviter la survenue concomitante d'une grossesse et d'une récidive du cancer du sein dont le traitement est alors plus difficile et aléatoire.

Publicité
Publicité

Après un cancer du sein, un délai de 2 à 5 ans est à respecter

Dans 50 à 75% des cas, les métastases apparaissent dans les deux premières années suivant la guérison du cancer du sein et dans 65 à 85% dans les trois premières années. Mais dans tous les cas, avant 5 cinq ans.

La période pendant laquelle le risque de récidives est le plus élevé se situe donc entre 2 et 3 ans. Le délai raisonnable à respecter avant de mettre en route une grossesse serait donc de 2 à 3 ans pour les femmes qui ont eu un cancer du sein de bon pronostic et de 5 ans en cas de cancer de mauvais pronostic.

Un bilan médical très complet est indispensable au préalable, mais ensuite, le suivi de la grossesse est identique à celui des autres femmes.

Attention, le Tamoxifènhe®, médicament prescrit classiquement en prévention des récidives, est contre-indiqué en cas de grossesse. C'est pourquoi ce traitement exige une contraception chez les femmes non ménopausées traitées par le Tamoxiphène®.

Concernant l'allaitement, là encore, il n'y a aucune contre-indication. L'allaitement n'augmente pas le risque d'un second cancer du sein et est même conseillé lorsque c'est possible tant pour la mère que pour l'enfant.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 28 Août 2006 : 02h00
Source : Abet-Decollogne F. et coll., 26e journées de la Sfspm, novembre 2004.