Etre bon, cela fait du bien

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 14 Novembre 2011 : 10h58
Mis à jour le Jeudi 17 Novembre 2011 : 09h33

Dans son livre « Psychologie du bien et du mal », Laurent Bègue nous ouvre la porte de toutes les recherches actuelles en psychologie sociale sur le bien et le mal. Il nous permet ainsi de nous observer dans le miroir de l’humanité pour comprendre nos forces et nos faiblesses morales.

PUB

Notre aptitude à faire le bien et le mal est bien connue des romanciers. Cette aptitude au bien et au mal commence à être également bien étudiée par les scientifiques. Il en ressort qu’être bon nous fait du bien et que c’est probablement pour cela que nous avons développé notre aptitude humaine à la morale. Comme le disait Darwin, la nature ne sélectionne que ce qui est performant…

Le livre de Laurent Bègue* nous permet dans ce sens de bien comprendre comment nous fonctionnons, dans quelles circonstances nous avons tendance à être gentils et dans quelles autres nous pouvons oublier de l’être. Voici un extrait de mon échange avec lui.

E-Santé : Sommes-nous plutôt égoïstes ou plutôt altruistes ?

Laurent Bègue : Si les recherches menées en sciences humaines et sociales nous ont enseigné quelque chose sur l’être humain depuis deux décennies, c’est bien que le modèle de l’égoïsme calculateur de l’homme est une fiction démodée, et relève aujourd’hui davantage d’un mythe. La conception que j’argumente dans mon livre accorde aux « instincts sociaux » le statut de mobile premier du comportement humain, pour le meilleur et pour le pire. Contribuer au bien-être de nos semblables est une motivation authentique qui prend souvent le pas sur nos propres mouvements égoïstes et qui, de surcroît, procure des gratifications psychologiques. Il n’est en ce sens pas excessif d’affirmer que le sens moral constitue un produit adaptatif de l’évolution humaine. Nous sommes mentalement façonnés pour éprouver une forme de contentement lorsque nous agissons pour les autres.

PUB
PUB

E-Santé : Comment prouver une telle aptitude à l’altruisme ?

Laurent Bègue : Cette aptitude a été illustrée avec simplicité dans une étude publiée dans une récente publication de la revue Science. Des passants étaient approchés un matin dans des lieux publics où l’on mesurait leur bonheur subjectif au moyen d’un court questionnaire. Puis, on remettait aléatoirement à certains d’entre eux la somme de 5 ou 20 dollars. Dans chacun de ces deux groupes, on donnait pour instructions à la moitié des participants de les dépenser en les utilisant pour eux, et à l’autre d’en user pour faire un don. En fin de journée, on leur téléphonait et leur niveau de bonheur était à nouveau évalué. Les résultats ont montré que ceux qui avaient eu pour consigne de dépenser l’argent pour d’autres étaient plus heureux que ceux qui en avaient fait usage pour eux-mêmes.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 14 Novembre 2011 : 10h58
Mis à jour le Jeudi 17 Novembre 2011 : 09h33
PUB
PUB

Contenus sponsorisés