Etes-vous à risque de cancer de la peau ?

Les facteurs de risque de mélanome, le cancer de la peau le plus redoutable, viennent d'être listés au cours du congrès de l'Académie américaine de dermatologie. Identifiez vos propres facteurs et évaluez vos risques de cancer de la peau. Enfin, parlez-en à votre médecin ou dermatologue afin de mettre en place un programme personnalisé de dépistage. N'oubliez pas que de nombreux facteurs vont jusqu'à doubler le risque de mélanome...
Publicité

Quels sont les facteurs de risques du mélanome, un dangereux cancer de la peau ?

Le mélanome se développe plus couramment chez les personnes à teint clair qui ne brunissent pas facilement et particulièrement si elles ont de fréquents coups de soleil.

Si c'est votre cas, consultez régulièrement un dermatologue pour un suivi, seule solution pour un dépistage précoce de tumeur cutanée, alors aisément guérissable.

Mélanome et cancer de la peau : 6 facteurs de risque additionnels

Chacun de ces facteurs de risque agit de façon indépendante et est susceptible de multiplier par deux le risque de mélanome.

Publicité
Publicité

Mais attention, les risques sont cumulables et se potentialisent. Ainsi, le fait de présenter deux de ces facteurs de risques multiplie par dix le risque et par vingt si l'on en présente trois :

Antécédents de brûlures solaires de stade 2 (avec cloques) à l'adolescence.

Chevelure blonde ou rousse.

Nombreuses taches de rousseur en haut du dos, témoignant d'une exposition importante au soleil.

Antécédents familiaux de mélanome.

Kératose actinique ou solaire (antécédent ou actuel) : lésions précancéreuses sur les zones exposées au soleil (taches arrondies, rouges ou brunâtres, douloureuses, avec une peau épaissie qui desquame).

Travail au grand air en été pendant l'adolescence pendant trois ans ou plus.

En conclusion, le fait de présenter un ou plusieurs de ces facteurs additionnels justifie une auto-inspection très régulière de sa peau ou des visites programmées chez le dermatologue.

Et bien entendu, la prévention repose sur la limitation des expositions intempestives au soleil (et aux UV artificiels) et sur le fait d'éviter les coups de soleil, particulièrement durant l'enfance et l'adolescence.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 02 Avril 2009 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 28 Janvier 2016 : 18h08
Source : Congrès de l'Académie américaine de dermatologie, Darrell Rigel et coll., mars 2009.