Êtes-vous dépendant au travail ?

© getty

Des chercheurs viennent de mettre au point une échelle d’évaluation de la dépendance au travail dénommée« The Bergen Work Addiction Scale ». Ce test permet d’évaluer en sept questions votredegré de dépendance au travail.

PUB

Workaholic ou dépendant au travail

Se donner sans retenue dans son travail au point d’en oublier sa vie personnelle et familiale et de s’épuiser littéralement, décrit une dépendance au travail (workaholic). Or dans la course à la compétitivité, le risque de devenir workaholic est de plus en plus fréquent.

Mais avant même d’en arriver à l’épuisement total, le workaholisme est préjudiciable à la santé, générant insomnies, stress intense, agressivité, etc.

PUB
PUB

Et vous, êtes-vous à risque de dépendance au travail ?

Posez-vous les 7 questions suivantes en utilisant l’échelle de cotation suivante :

  • Jamais : 1 point
  • Rarement : 2 points
  • Parfois : 3 points
  • Souvent : 4 points
  • Toujours : 5 points

Vous consacrez à votre travail beaucoup plus de temps que prévu initialement.

Vous réfléchissez à la façon de vous libérer plus de temps pour travailler.

Votre entourage vous a déjà conseillé de réduire votre temps de travail mais vous n’en faites rien.

Vos hobbies et loisirs passent après votre travail.

Une impossibilité de travailler génère en vous un stress intense.

Votre travail exerce une influence négative sur votre santé.

Votre travail vous permet de réduire un sentiment de culpabilité, d'anxiété, d'impuissance ou de dépression.

Plus votre score est élevé, plus votre degré de dépendance au travail est important.

Si vous répondez à au moins 4 questions par toujours (5 points) ou souvent (4 points), vous êtes workaholic !

Vous devez apprendre à relativiser l’importance de votre travail par rapport aux autres aspects de la vie : sociale, personnelle, familiale… Il est essentiel de rétablir un certain équilibre car votre santé est en danger !

Si nécessaire, votre médecin peut vous aider à identifier les causes qui vous poussent à travailler à outrance.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 25 Avril 2012 : 19h39
Mis à jour le Jeudi 26 Avril 2012 : 09h14
Source : Andreassen C. S., et al., « Development of a work addiction scale”, Scandinavian Journal of Psychology, 10 APR 2012, DOI: 10.1111/j.1467-9450.2012.00947.x
PUB
PUB

Contenus sponsorisés