Espoir dans le traitement l'arthrite chronique juvénile

Publié le 11 Février 2002 à 1h00 par Dr Agnès Lara
L'arthrite chronique juvénile est une maladie rare touchant les enfants. Elle entraîne une réaction inflammatoire importante au niveau des articulations et peu s'avérer être très invalidante. Un nouveau médicament, l'Etanercept, utilisé jusqu'à présent avec succès pour le traitement des rhumatismes chez l'adulte, donne également de bons résultats chez l'enfant. Son absence d'effets secondaires en fait un bon substitut au Méthotrexate, en cas de résistance ou de forte sensibilité au traitement.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie inflammatoire fréquente (1% de la population) que l'on retrouve plus souvent chez les femmes. C'est une maladie auto-immune qui dirige les défenses immunitaires du corps, des anticorps, contre ses propres tissus, en l'occurrence la synoviale (membrane recouvrant la face interne des articulations). Cependant cette maladie peut se déclarer plus rarement chez les enfants, mettant alors en jeu des facteurs génétiques. On parle d'arthrite chronique juvénile (ACJ), d'arthrite rhumatoïde juvénile ou encore de polyarthrite juvénile. Elle provoque des douleurs articulaires importantes en particulier le matin au réveil et peut s'avérer être très handicapante dans la vie quotidienne de l'enfant (sport, apprentissage de l'écriture…).

Des douleurs importantes dues à l'inflammation des articulations

Les personnes souffrant d'arthrite rhumatoïde ont une concentration élevée de TNF (Tumor Necrosis Factor) dans leurs articulations. Or cette substance chimique est un facteur déclenchant de la réaction inflammatoire, responsable de la plupart des symptômes de la maladie (douleur, raideur et gonflement des articulations).

Un nouveau traitement

La cause de la maladie étant inconnue, on s'applique surtout à en traiter les symptômes, c'est-à-dire la douleur. Les premiers traitements utilisaient l'aspirine et les corticoïdes, avec les effets secondaires qu'on leur connaît (prise de poids, retard de croissance). Le méthotrexate est maintenant couramment utilisé et donne de bons résultats chez les enfants. Mais certains sont résistants au traitement ou ne le supportent pas. On a alors utilisé une molécule plus récente, l'Etanercept. Commercialisé sous le nom d'Enbrel® en novembre 1998 aux Etats-Unis, il a été prescrit à plus de 80.000 personnes dans le monde depuis. Ce médicament a donné d'excellents résultats chez l'adulte et est maintenant de plus en plus utilisé chez les enfants de 4 à 17 ans, notamment pour la forme polyarticulaire de la maladie. Son principe d'action est simple, puisqu'il se fixe simplement sur les molécules de TNF. Celui-ci étant piégé par le médicament ne pourra plus jouer son rôle d'agent inflammatoire.

Des résultats efficaces

Des médecins américains ont suivi 22 personnes atteintes de cette maladie et traitées par Etanercept sur une période de deux ans. Ils ont vu apparaître chez ces patients une régression très nette de l'ensemble des symptômes, sans qu'apparaissent d'effets secondaires importants. Le traitement semble également efficace sur le long terme puisqu'il n'a pas été observé de reprise ultérieure de la maladie. Les rhumatologues pédiatres ne sont donc pas prêt de s'en défaire. Malheureusement, son utilisation reste encore très limitée en Europe, puisque 5500 personnes seulement en bénéficient. Gageons que ces résultats encourageront à son utilisation à plus grande échelle.

Des précautions à prendre

Quelques très rares troubles sanguins ont été signalés (moins de 1 pour 10.000). Il faut donc être vigilant lorsque des antécédents existent. En cas de symptômes évoquant de tels troubles ou des infections (fièvres persistantes, maux de gorge, hématome, hémorragies, pâleur) et apparaissant au cours d'un traitement à l'Etanercept, l'OMS recommande de consulter immédiatement un médecin. Une numération sanguine permettra de confirmer (ou d'infirmer) la présence de troubles sanguins. Si tel est le cas, le traitement devra être arrêté.