L'éreutophobie : la peur de rougir en public

L'éreutophobie est un trouble anxieux caractérisé par la peur obsédante de rougir en public. Dans les cas extrêmes, l'éreutophobie peut avoir d'importantes répercussions sur la vie sociale. Les psychothérapies comportementales semblent à ce jour la meilleure facon de la combattre.
Publicité

Mieux connaître l'éreutophobie: pourquoi rougissons-nous?

Lorsque nous sommes dans une situation inconfortable sur la plan émotionnel, notre peau a tendance à prendre une teinte plus rose au niveau des joues et parfois du torse - nous rougissons. Ce phénomène, qui se manifeste à différents degrés d'un individu à l'autre, n'a en soi rien de pathologique. Bien qu'on le comprenne encore mal, on sait que le rougissement est lié à une hyperactivité du système nerveux sympathique, qui contrôle une série d'actions de l'organisme indépendantes de notre volonté. Le rougissement est donc par définition incontrôlable. D'un point de vue physiologique, on sait qu'il correspond à l'augmentation du volume sanguin dans les capillaires sous-cutanés. Par ailleurs, il a été démontré qu'on trouvait souvent plusieurs grands "rougisseurs" dans une même famille, ce qui suggérerait l'influence de certains facteurs génétiques.

Publicité
Publicité

Ereutophobie: qui a peur de rougir?

Parce que le rougissement expose notre gêne ou notre trouble au regard des autres, il est ressenti par certaines personnes comme une véritable trahison du corps. La peur du jugement d'autrui devient alors une source supplémentaire de rougissement. Et c'est là que s'installe un véritable cercle vicieux. Redoutant de rougir, la personne se met à rougir dans des situations qui auparavant ne le mettaient pas mal à l'aise. De fil en aiguille, s'installe alors une véritable phobie de rougir, appelée éreutophobie. Chez la plupart des gens, cette peur apparaît à l'adolescence. Elle a ensuite tendance à s'atténuer en avançant en âge, d'une part parce que la confiance en soi s'affirme en général au cours du temps, et d'autre part parce que la tendance physiologique au rougissement s'atténue en vieillissant (surtout à partir de 50 ans).

Publié par Julie Luong, journaliste santé le Lundi 15 Février 2010 : 01h00